Don Camillo et Péppone de Roquebrune

Novembre 2017

14141508_1046279822108182_4165108803538265730_n

Saint Michel

A l’image de notre Pays, notre commune est traversée par des fractures souvent anciennes et profondes entre les « progressistes » et les « conservateurs« . Une fois élu, le maire doit pourvoir faire alliance avec les concitoyens des deux bords en conciliant préservation et progrès, en écoutant et en expliquant les décisions qu’il prend avec son conseil municipal.

La défaite de Serra en 2001 pouvait laisser croire que les premiers avaient pris le dessus sur les seconds en élisant Jousse qui était perçu comme plus dynamique. 17 ans plus tard, ce village est encore plus fracturé et traumatisé par une équipe municipale qui a détournée l’esprit initial de progrès et d’amélioration en intérêts particuliers

au détriment de l’intérêt général.

Cet état d’esprit crée de la rancœur, l’injustice, et surtout des « non dits » qui explosent parfois à la figure des lecteurs de réseaux sociaux comme un volcan souterrain qui tout à coup se réveille (échange de commentaires acrimonieux sur fond de règlements de comptes).

L’église aurait du être en dehors de ces événements et rester neutre et indépendante mais malheureusement elle est parfois victime du jeu municipal et se retrouve prise à partie, les pieds sur chacun des bords de la faille, le grand écart n’en est que plus périlleux.

22713154_1807812076175440_7227120684762192219_o


LES EGLISES et CHAPELLES de Roquebrune

imgres

Chapelle Saint Pierre

L’église millénaire, Saint Pierre et Saint Paul, se dresse fier tout en haut du village. Ses œuvres d’art sont multiples et la gardienne veille. Aux Issambres, l’église est un lieu plus modeste, plus moderne mais qui remplit son rôle de lieu de recueillement, sans parler des chapelles « Saint Michel », « Saint Roch », et « Notre dame des Dolmens » : des lieux magnifiques, parfois en pleine nature. La chapelle « Saint Pierre » serait transformée en un inutile et couteux musée des Templiers (pour remercier les ex-opposants M.Lio et M.Jouron de leur rattachement-trahison à l’équipe Ollivier-Jousse lors de l’élection municipale de 2014). Photo.

Le Saint Désert (photo) est un monastère, à part dans la vie du village bien que de nombreux imgresroquebrunois assistent de plus en plus à la messe du dimanche donnée par les moines.

Que nous soyons croyants, agnostiques ou athée, force est de reconnaitre que l’église est un lieu de spiritualité, de rassemblements des villageois particulièrement aux dates importantes du calendrier catholique et autour de leur prêtre.

Ce dernier doit agir comme un rassembleur au dessus des querelles partisanes et même plus : faire preuve de tolérance vis à vis des autres religions en échangeant voire en les invitant dans des réunions de réflexion pluri confessionnelle par exemple.

Nous avons l’abbé Dupuis aux Issambres et le père Fernand Lopez au village. Si le premier âgé semble éloigné de la politique 14265029_1091255197616673_2434570036553351085_nmunicipale, le deuxième, comme tous les prêtres avant lui, ne fait pas l’unanimité.

Malgré la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 (et de ses représentants) ces prêtres sont bien malgré eux sous l’influence de la politique municipale. La commune participe à la rénovation des édifices par exemple et lors des cérémonies religieuses marquantes, les édiles sont souvent aux premiers rangs.

Le prédécesseur du père Fernand, le père Jérôme a été muté à la demande de Jousse (par l’évêque) parce que celui-ci avait refusé de célébrer son deuxième mariage (comme le dogme lui interdisait de le faire par ailleurs). Des rumeurs ignobles et infondées de pédophilie (lancé par ..) ont précipité sa mutation par l’évêque (à savoir: depuis son départ, presque 10 ans, aucune plainte n’a été déposée contre lui).

hell fest

Bénédiction des hells angels

Concernant le père Fernand, les discours qu’il tient font parfois allusion à la politique municipale et sont parfois mal perçus par certains et certaines qui ne se sont pas gênés de lui faire remarquer. Ce prètre a manifesté l’intention de partir. Pour quel motif ?

Deux décisions et actes ont fait polémique et n’ont pas reçu d’explications claires et convaincantes :

  • 1. Notamment, l’acte de bénir les Hells angels (littéralement « les anges du diable » à la fête de l’enfer des mois d’aout 2016 et 2017). Il parait que ce sont les représentants de la municipalité qui l’on obligés (photo).
  • 2. De ne pas permettre des concerts d’artistes roquebrunois mais de permettre à des artistes « extérieurs’ de le faire en l’église Saint Pierre et Saint Paul. Là encore Jean Paul Ollivier semble encore une fois impliqué dans la discorde. En effet, de plus en plus de concerts sont organisés dans des lieux religieux mais l’autorisation est du seul ressort du prêtre. Néanmoins nous savons que derrière ses décisions, l’ombre d’Ollivier traine toujours et que ce dernier ne fait rien pour arrondir les angles.

CONCLUSION

16835966_1390010067738537_2100860179827555481_o

TOILE du talentueux artiste roquebrunois « Damien Bartolo »

L’Eglise doit être un lieu d’unité de tous les habitants quelque soit leurs convictions et leurs religions à condition de faire preuve de tolérance réciproque.

Le Prêtre et le Maire sont les deux figures municipales majeures qui doivent rassembler et incarner une Autorité dans laquelle les habitants s’identifient et se retrouvent pour avoir confiance et espérer…

Mais à Roquebrune nous sommes malheureusement encore loin de cet idéal d’espérance et d’unité.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *