Les « bouchons » dans la traversée du village

Novembre 2017 : actualisation du dossier
On va encore payer 2000 Euros pour une erreur municipale « Alain V. un automobiliste de la Ville de Roquebrune-sur-Argens vient de recevoir un courrier du maire attestant de la prise en charge intégrale des frais de réparations (2000 € + frais d’huissier engagés) de sa voiture suite à un choc avant sur un ralentisseur illégal à la Bouverie. »
« On se demande si un jour notre commune respectera les lois et constate avec stupéfaction que nous sommes devenus un cas d’école de tout ce qu’il ne faut pas faire. Et c’est encore le contribuable qui va payer « 

Octobre 2017
Question récurrente de citoyens :
 » Quand est-ce que la municipalité va enfin modifier ces priorités à droite dans la traversée du village ? »
Nous nous sommes postés à différentes heures et le constat est assez évident: oui certaines priorités à droite manquent de visibilité. Voici les explications et les photos plus bas :
 –
Aux heures critiques (entrées et sorties scolaires) et surtout pendant l’été, la circulation au village devient de plus en plus difficile et particulièrement depuis l’instauration des priorités à droite systématiques à tDSC03204outes les intersections. Sont-elles vraiment à l’origine de ces bouchons ?
Les embouteillages génèrent de l’inconfort et surtout de la pollution sur la route principale « Avenue Général de Gaulle » qui traverse le village et qui est, à ces heures, un long couloir de gros camions, de bus et de véhicules Diesel, confinée, peu aérée.
 –
Certains débouchées de ruelles sur l’axe principal sont très peu visibles et donc potentiellement « accidentogènes ». Parfois les automobilistes (dans leur droit) arrivent un peu vite et forcent le passage et cela peut surprendre le véhicule qui est sur l’axe principal mais qui doit céder la priorité (voir photo).
 –
Il y a parfois une sorte de confusion qui nuit à la sécurité par une incompréhension liée à une méconnaissance du code de la route et/ou un défaut de signalisation  : Est-ce à moi ? Est-ce à lui, ou elle, de passer ? Total : « tout le monde panique en s’arrêtant et crée des bouchons… je roule beaucoup et je ne connais pas d’autres villes dans ce cas ! »
 –
DSC03195Un exemple :  l’intersection bd Henriot / avenue Péri (photo)
 –
La rue Xavier Henriot (qui est d’ailleurs qualifié de boulevard) est la plus dangereuse, c’est d’ailleurs bien pour ça que tous les matins les policiers facilitent la circulation des parents d’élèves entre 8h15 et 8h40. Cela permet de réguler aussi la fluidité de l’intersection du collège.
 –

UNE VITESSE REDUITE ET UNE RECHERCHE DE FLUIDITE DU TRAFFIC 
 –
La vitesse et le premier facteur d’accident et de mortalité routière. Il y a quelques mois, c’est un piéton qui a été tué dans le village du à un excès de vitesse. Il convient donc de la limiter. Les zones 30 Km/h qui ont été instaurées et qui sont réglementées profitent donc à la sécurisation de la traversée du village.
 –
Dans un trafic dense, les arrêts répétés des véhicules entrainent des phénomènes dit d’accordéon délétères en terme de sécurité (risque de tamponnade).images
La limitation de la vitesse amortit ce phénomène et limite aussi les phénomène d' »arrêt-redémarrage » qui dégagent beaucoup de fumées-polluants.
 –
Idéalement, pour qu’il y ait de la fluidité, il faut que le conducteur puisse s’insérer harmonieusement dans la circulation, sans s’arrêter, ni arrêter la file dans laquelle il se trouve ou dans laquelle il s’insère et/ou celle qui lui cède la priorité.
 –
Alors que faire pour fluidifier ? (en limitant notamment la vitesse) : Rondpoints ? Ralentisseurs ? Signalisation par panneaux, au sol ? Feux tricolores ? Agents de la circulation ? Limiter les priorités à droite et/ou les « tourne à gauche » ?…
 –
Les feux tricolores ralentissent la fluidité et sont parfois accidentogènes par une accélération à l’orange. La plupart des villes les ont ou vont les supprimer.
La réponse de Mr Panis, chef de la police municipale:
 –
 » Les priorités à droite existent dans toutes les agglomérations de France, qu’elles soient grandes ou plus rurales et ce, depuis toujours. Elles sont remplacées peu à peu quand c’est possible par des rondpoints.
 –
Pourquoi des priorités ? pour éviter justement que la voie centrale ne devienne trop rapide : les passages piétons ne sont plus respectés et ceux qui débouchent des petites rues n’arrivent plus à s’introduire dans le flot de circulation. 
Quand on se confronte à la première priorité, boulevard Jean Jaurès, on se méfie pour toutes les autres, aussi insignifiantes soient-elles.
Au risque d’être une fois de plus impopulaire, je pense que cela devrait réduire les accidents et la pollution, c’est en tout cas dans l’air du temps.
 –
Les panneaux existent à l’entrée mais il n’existe pas en principe de rappel « priorité à droite » à toutes les intersections, elles ont tout de même été ajoutées pour celles et ceux qui n’ont plus la notion du code de la route en ville. »

NOTRE AVIS
Nous ne sommes pas tout à fait d’accord sur la réduction de la pollution liées à ces « petites » priorités à droites car l’effet accordéon qu’elles génèrent crée des embouteillages avec un air parfois irrespirable.
DSC03209

La moto se fait « griller » la priorité. A cette vitesse, un choc c’est un blessé grave voire un mort comme il y a quelques mois pratiquement à cet endroit.

C’est vrai qu’en ville c’est toujours priorité à droite selon le code de la route car cela oblige à rouler doucement. Mais dans la plupart des villes, beaucoup de « petites » priorités à droites ont été supprimés ainsi que des « tourne à gauche » sur des grandes voies pour éviter les embouteillages et améliorer la fluidité (et donc la pollution).  

Un recherche de fluidité sans pour autant augmenter la vitesse grâce à la mise en place des ralentisseurs, de zones 30Km/h et de rondpoints adaptés.
 –
NOS PROPOSITIONS (à débattre) :
Idéalement deux rondpoints à l’entrée et sortie du village prés de la boulangerie du soleil et l’autre à l’intersection du collège devraient permettre plus de fluidité et plus de compréhension de la part des automobilistes (qui parfois prennent l’ancienne bande du STOP masquée pour un vrai STOP). Néanmoins il semble manquer de place pour les réaliser et il faut exproprier plusieurs proprios. Cela fait des années qu’on en entend parler. Voir photo et exemple plus bas.
Nous pensons que les positionnements de certains rondpoints sont discutables avec un rapport coût (entre 100.000 et 200.000 Euros)/bénéfice qui reste incertain : il est prévu un rond point au lac mais l’intersection présente une bonne visibilité et le trafic du chemin du lac modéré hors saison. Il est vrai qu’en saison, la fréquentation du lac augmente.  Idem pour le rond point de la coopérative : la route du clos Saint Pierre qui débouche est un lotissement avec peu de trafic ainsi que le lotissement de le coopérative.

– Eviter le stationnement même très temporaire et favoriser de vrais espaces de « stationnement minute » (comme près du CCAS)DSC03187

– Le bon sens voudrait que la voie principale soit prioritaire mais un compromis semble possible entre une petite ruelle avec une mauvaise visibilité et une priorité à droite bien visible et identifiée par un panneau et/ou un marquage au sol (Refaire la peinture au sol. Et pourquoi pas un cédez le passage à chaque intersection peu visible ?). Mais multiplier les panneaux gâcherait un peu l’esthétique architecturale de la rue.

– Le dos d’âne au niveau du passage piéton fréquenté du tabac est une bonne chose mais la multiplication de ces ralentisseurs gênent la progression des véhicules de secours. Celui près des tennis est-il indispensable (pas de passage piéton) ?

– Une présence policière aux périodes critiques. Faire des contrôles de vitesse plus fréquents surtout pour les deux roues.
« Le but a été atteint, la circulation a été ralentie et les conducteurs nous ont vu.
Pour info, il y a des contrôles même à 6h le matin et nous allons régulièrement sortir le radar, toujours pour sécuriser nos routes et toujours visible bien sûr.. » M Panis
24177201_1977116145861851_2536052317506730421_n

Diminuer les « tourne à gauche » : cela empêche les véhicules qui circulent sur l’artère principale de paralyser entièrement une voie (voir photos et explications plus bas). Est-ce réglementaire ? En tout cas c’est ce qui a été choisi à l’intersection de la rue jean Cocteau avec la D7 et il est difficile de tourner à gauche (petite ligne pointillée néanmoins).

– A quand un contournement du village, surtout pour les bus et camions ? Sujet polémique mais qui devient nécessaire compte tenu de l’augmentation du trafic sur cette portion. Il existe un problème de budget et de risque de détérioration de cette portion par l’Argens en crue.

– Développer les portions cyclables autour et dans le village.

Patrice Fournier « Pour ma part je suis plus que favorable à toutes les mesures préventives ou répressives pour limiter la vitesse dans la traversée du village.
24294205_1977074515866014_6831628804203724934_nMa famille a perdu un être cher sur cet axe dangereux et je suis aux premières loges des comportements les plus débiles.
Étant donné que nous n’aurons jamais la déviation attendue depuis plus de 30 ans (!) il faut, à mon sens, sécuriser cette « autoroute » qui coupe le village en deux »


 LES PHOTOS PREUVES
Des petites ruelles prioritaires parfois peu visibles .
Photo à gauche: l’utilitaire blanc, surpris, fait un écart pour éviter la camionnette qui débouche, prioritaire. Heureusement personne n’arrive en face

 DSC03204DSC03181DSC03184

DSC03190DSC03195
« Cette intersection pour un « étranger » est invisible. »

La problématique principale de circulation aux heures de rentrée et sorties scolaires :
Des sites scolaires (écoles et collège) à une extrémité de ce village que beaucoup doivent ainsi traverser. Toutes les voitures du collège et des écoles du village déboulent sur l’artère principale sur une petite portion dont le boulevard Xavier Henriot qui est prioritaire. En l’absence de rondpoint, les bus et véhicules qui vont ou sortent du collège attendent de tourner en bloquant la voie.
Une douzaine d’intersections (sans compter les sorties de parkings privés)  sur 600 mètres avec le problème des « tourne à gauche » sur la rue principale qui paralyse la voie de circulation :
 
Exemple (Photo de gauche) : le véhicule rouge à l’arrêt depuis 15 secondes attend le passage et bloque sa file. La coccinelle lui laisse poliment le passage. La mise en place d’une ligne continue à cet endroit fluidifierait la circulation.  Ainsi, pour aller dans la direction (et donc la voie) désirée, cette voiture rouge peut prendre un rondpoint un peu plus loin pour faire demi-tour et tourner à droite vers sa destination sans pour autant paralyser les voies de circulation.

DSC03203

DSC03188

un autre exemple de tourne à gauche, devant le tabac, qui paralyse la voie

 A la Bouverie, en face de la zone commerciale, un muret empêche les tourne à gauche, et la circulation en a été grandement améliorée 

Les bienfaits des rondpoints sur la fluidité de la circulation :

Le véhicule prioritaire blanc s’engage mais ne peut s’insérer sur la voie de droite car il n’est plus prioritaire pour cette voie. Blocage de la voie de gauche alors qu’un rondpoint à cet endroit lui aurait donné la priorité et ainsi libérer la voie qu’il bloquait.

DSC03176

 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *