Des pistes cyclables : « toujours un vélo de retard »

DECEMBRE 2017

Cela devient une évidence, avec une pollution de plus en plus inquiétante et des prix de l’énergie qui vont atteindre des sommets dans les années à venir, les moyens de déplacements sans carbone, vélo, tram, deux roues, voitures électriques … deviennent des priorités de santé publique et de finances publiques (et privées).

Sur notre territoire, du fait d’une exceptionnelle météo annuelle, le déplacement à vélo de loisir ou professionnel est idéal à condition qu’il y ait des aménagements adéquats : pistes, parkings sécurisés, matériel à disposition, vendeur-réparateur, vélo partage…DSC02935

Les pistes cyclables sont embryonnaires et sont situées essentiellement en bord de mer, pour le loisir. Pourtant vu le développement de la population avec des plus en plus d’actifs et d’enfants, le potentiel est là.

La responsabilité est conjointe avec le Département et la CAVEM (routes communales ou départementales quand les voies sont en dehors des 3 agglomérations, Bouverie- Issambres- Village).

Certes notre commune est étendue et parfois pentue (Bougnon) mais avec les vélos électriques les vitesses moyennes et les difficultés éventuelles sont bien amoindries.


ETAT DES LIEUX SUR LA COMMUNE

Entre le Village et Saint Aygulf : l’enrobé est en cours de réfection et la piste cyclable sera reprise dans une couleur ocre dans la continuité de celle existante et les marquages vont être réalisés. Néanmoins elle ne sera pas sécurisée par une bordure et son revêtement ne sera pas spécifique et régulièrement nettoyée ? gravillons, branches, déchets….

Bord de mer : Il y a une portion sécurisée entre la Gaillarde et Saint Aygulf par l’ancien chemin du train des Pignes(voir le document plus bas : PCL réalisé en 2015). L’ancien Maire avait agité le chiffon rouge en faisant faire par les Sambracitains une pétition contre la mise en sens unique.23632242_1742836092417352_4585021516330512115_o

POURQUOI CE RETARD CONSIDERABLE ?

Sur Roquebrune, de 2001 jusqu’à 2016, nous avons vécu sous le règne du « tout auto » : rallye, show motorisé, projet de musée de l’automobile… Luc Jousse, ancien pilote de seconde zone, était un passionné et non gardons les séquelles par un retard considérable en matière de transport propre à deux roues.

Si aujourd’hui nous sommes en retard sur RSA, c’est aussi en partie du aux relations exécrables de l’ancien Maire avec le Département . Il n’a eu de cesse de le critiquer pour justifier ses propres carences dans une période où les contraintes budgétaires n’étaient pas celles que nous connaissons aujourd’hui , donc la commune de RSA a pâti de la situation. Le dialogue ne pouvait s’instaurer en bonne intelligence.

« Les relations entre le Département et la commune sont apaisées. Ce n’est pour autant que nous rattraperons le temps perdu. Nous gérons aujourd’hui la pénurie de fonds publics. Le peu de fonds disponibles sont alloués aux tracés non sujet à polémique » (Mme Mimouni, Conseillère départementale)


Une piste cyclable c’est :

  • plus de sécurité (moins d’accidents 2 roues dramatiques)
  • plus de santé (sport avec moins d’obésité, de pathologies cardio-vasculaires ou de cancers)DSC00692
  • plus d’économie (moins de bus scolaire si les vélobus se développaient, moins de consommation de carburant, voire moins d’achat de véhicules, moins d’usure des routes…)
  • plus d’écologie (moins de CO2 et autres fumées toxiques)

Nos élus majoritaires, avec à leur tête Jean Paul Ollivier, ont-ils le sens des priorités ? Ils ont préféré faire un rond point à 400 000€ au lieu de faire une piste cyclable, évaluée à 250,000€. Et bientôt nous aurons un tennis couvert à la Bouverie (350,000 Euros)

Encore une « dépense lubie » d’élus déconnectés des projets structurants et d’investissement pour l’avenir.

Les routes dangereuses à vélo qui mériteraient une piste sécurisée :

  • La route de Marchandise : Entre la Bouverie et le Village, cela ne représente que 20 minutes de trajetDSC02939
  • La route du col de Bougnon présente la même configuration que celle de Marchandise : étroite, sinueuse avec des portions en lignes courbes qui favorisent les excès de vitesse. Les risques sont maximum en deux roues et, a fortiori, à vélo.
  • La liaison Roquebrune-Puget-Fréjus est le tronçon le plus dangereux et le plus fréquenté en terme de trafic sans aucun équipement de sécurité. Certains cyclistes passent par la piste de la lieutenante pour arriver à camp Robert puis longer le Reyran en sécurité pour 25 minutes de trajet en électrique contre 20 minutes en voiture.
  • Entre la pépinière « Chupin » et le Reyran pour rejoindre Fréjus, le route est extrêmement étroite et fréquentée. Pourtant la liaison Village-Fréjus pourrait se faire en 25 minutes en vélo électrique contre 15 minutes en voiture.

Une brochure qui en dit long sur le retard de Roquebrune. Pratiquement tout le littoral est équipé, sauf…. :

 Brochure PCL 2015 (2)


PROPOSITIONS

  1. – Faire des opérations de communication et de promotion des deux roues, du vélo, électrique ou pas
  2. – Pistes cyclables, ainsi que pour les deux roues légers, sécurisées sur les tronçons les plus étroits et les moins visibles. Faire un vrai revêtement adapté, un nettoiement régulier  et un muret protecteur.
  3. – Notons une initiative originale de vélobus par l’école de la Bouverie. Mettre en place des vélo-bus collégiens et pour les autres écoles aux Issambres et au village.
  4. – Compléter la piste en bord de mer, aux Issambres (voir la brochure).
  5. –  Mise en place de vélo partage

 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *