Est-il facile d’être un citoyen à Roquebrune ?

Existe t-il une différence entre un « habitant » de Roquebrune et un « citoyen » de Roquebrune ?

Si on compte en nombre d’habitants, nous sommes environ 12.000 hab. sur Roquebrune, mais si on compte en terme de « citoyens », sommes nous réellement 12.000 citoyens ?

Convient-il de différencier les deux termes ? Si l’on se réfère à la définition du dictionnaire, les deux termes sont strictement superposables: un citoyen qui réside dans une commune est un habitant, mais de notre point de vue, il existe sans doute une différence de taille si l’on se place d’un point de vue de l’engagement et de la participation.le noir

L’habitant est celui qui réside sur le territoire de la commune, qui est inscrit sur les listes électorales et qui éventuellement paie ses impôts (si ses revenus le permettent) et qui bénéficient donc des services publics auxquels il a légitiment droit.

Le citoyen de Roquebrune est aussi un habitant mais il participe activement à ce que les devoirs et droits des habitants soient respectés. Il participe soit en se faisant élire, mais plus généralement en s’investissant dans le débat public et donc dans la place publique (le POLITIS des grecs) que ce soit sur les nouvelles formes de débat participatif ou lors de manifestations publiques. Concernant ce dernier point fondamental de notre vie démocratique (qui est le droit de manifester), notons l’écart entre le nombre de désapprobation et le faible nombre de participants réels.

Nous pointons ici, la vraie différence sémantique entre les deux termes.

Mais est-il facile pour tous d’être des citoyens si l’on retient cette notion politique du « participatif » ? Est-il facile de faire entendra sa voix ? Est-il facile d’avoir des réponses aux questions posées ?

Non, ce n’est pas facile car il faut au préalable un apprentissage pour cela. Il existe certainement un défaut d’enseignement de la citoyenneté à l’école (la philosophie n’est abordée qu’au lycée). Même si l’éducation civique est au programme, elle n’est sans doute pas suffisante pour devenir un citoyen dans le sens où nous l’entendons.

A Roquebrune, tout est fait pour ne pas exprimer sa voix. Il n’y a pas d’espace pour cela: les conseils de quartiers sont rares et verrouillés, les conseils municipaux se déroulent le matin quand les actifs travaillent, les maisons citoyennes n’existent pas, les répressions (procès) et intimidations contre les lanceurs d’alertes sont fréquentes…

Notre Président de la République, Emmanuel Macron, se réclame des plus grands philosophes pour mener sa politique.

Ainsi donc pour devenir citoyen, il est nécessaire acquérir des notions du vivre ensemble qu’apportent soit les religions (mais nous sommes un Etat laïc), soit la philosophie : qu’est qu’autrui ? qu’est-ce que l’argent ? qu’est-ce que l’art ? … Autant de thèmes que l’association SEVE lancée par Frédéric Lenoir essaie de promouvoir auprès des enfants au niveau national.

Ainsi donc, saluons l’initiative des ces roquebrunois « ambassadeurs » pour faire que nos enfants apprennent à se détacher d’une société de consommation toujours aussi vorace et deviennent ainsi des citoyens, des habitants qui participent à ce Roquebrune devienne une vraie commune citoyenne et démocrate.

 

31100337_10215987777585777_17339179538173688_n

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *