Maintenir nos traditions : une guerre de clochers ?

Septembre 2018

Les cloches du village sonnent à nouveau.

On a pas de nouvelles de celles de l’égise des Issambres super pour celles du village


Juillet 2018

Qu’elle était belle cette petite musique de carillon au Village ce dimanche matin.  (photo: Daniel Nasso)

Qu’est ce qui cloche pas à la Bouverie et aux Issambres ?

Notre univers sonore provençal est composé de différents sons qui font notre culture et nos racines. Outre la musique, dont le typique galoubet (flute), c’est aussi le son des cigales, du mistral dans les arbres et le son du carillon qui nous rappelle les heures avec la devise inscrite sur chaque cadran  » Vulnerant omnes, ultima necat « . Pourtant ces sons, et donc notre culture, certains voudraient qu’ils disparaissent parce qu’ils les trouvent génants (touristes beaufs, laïcs intégristes).

C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’un carillon installé aux Issambres et à la Bouverie serait un respect de nos traditions. Nous avons contacté des fondeurs et le budget d’un carillon est de l’ordre de 15,000 Euros (Paccard).

Lors de la kermesse paroissiale de Sainte Thérèse des Issambres, le Maire était présent ainsi que sa secrétaire sambracitaine ainsi que Mme Vieu De Girard. Le Père avec beaucoup d’humour a demandé la réparation de la cloche qui est en panne depuis longtemps.   Depuis … rien n’a été fait.40599001_896945470491092_2287484433499947008_o

Aux Issambres, la mettre sur un point haut comme à Notre dame des Dolmens ainsi qu’à l’observatoire incendie de la Bouverie, à présent inutile (photo), représenteraient des endroits idéaux (neutre pour l’observatoire) pour que nos oreilles retrouvent à chaque heure, le son de notre belle Provence.

Pour éviter « des désagréments » pour le voisinage, il suffit qu’elles ne sonnent qu’entre 10 et 16 heures ou qu’à midi par exemple, chacun y trouverait son compte. Quant à la protection contre le vol, il existe à présent des caméras de vidéo surveillance et aller décrocher 300 Kilos de bronze, il faut être sacrément costaud.

Alors celui qui est fier d’étre provençal (à juste titre) et qui voudrait laisser une trace (pas celle des tennis) serait bien inspiré d’y penser.
http://www.paccard.com/

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *