Relations avec Fréjus, Saint Raphaël et comparaison avec Puget

Mars 2019

L’herbe est-elle plus verte au Puget ?

Vous vous souvenez peut-être du départ d’une dizaine de familles Roquebrunoises vers Puget du fait des augmentations délirantes des tarifs liés à l’enfance (des cantines, du centre aéré, crèches, …) décidé par le trio « Behague Jousse Ollivier » et de la révolte des parents d’élèves qualifiés de « terroristes moraux » par Lio.

Il était intéressant de les retrouver afin de savoir si Puget est finalement mieux que Roco ?

Et le constat est loin d’être glorieux : des impôts locaux qui augmentent en flèche (qui restent certes en dessous de la moyenne nationale), une « cantine locale » mais un prix du repas de 10 Euros (2 euros 60 payés par la famille mais le reste payé par le contribuable lié à l’amortissement de l’investissement), des constructions immobilières multiples peu intégrées architecturalement avec un réseau routier qui se dégrade et qui n’est pas adapté en conséquence, une école qui se construit mais qui sera toute petite et insuffisante trop rapidement, une médiathèque toute neuve mais qui a coûté le double du budget initial soit 1 million d’euros, une agence de communication très discutable (la même que Roco), un centre ville catastrophiquement mort, une extension anarchique de la zone industrielle, des embouteillages de plus en plus fréquents avec la pollution qui va avec et enfin des Pugétois qui se sentent dépossédés et qui partent vers le Muy, les Arcs ou Vidauban.

Bref encore une gérontocratie (l’âge cumulé du maire et du premier adjoint atteint presque 150 ans) qui reste sur un modèle de construction immobilière des 30 glorieuses. Une folie des grandeurs avec une absence de vision, de projet et d’anticipation. Une course à l’échalote pour boucler un budget au rouge vif et le score historique du RN aux dernières élections montre bien que cette ville part aussi à la dérive et ressemblera dans 10 ans aux villes bétonnées sans charme du 06 à l’avantage de qui ? Inutile de vous faire un dessin, vous connaissez comme nous la sinistre chanson d’un argent bien mal acquis.

Adieu belle Provence ….


Janvier 2019 : Fréjus

Le mouvement des « Gilets jaunes » pourrait-il favoriser les candidats « sans étiquettes » aux municipales de 2020 ?bonemain

Les lueurs d’espoirs citoyens ont scintillé ces derniers jours. Après le lancement du « grand débat » auquel il faut participer car il pose des questions essentielles puis notre déplacement à Toulon à la marche pour le climat qui attire (et inquiète) de plus en plus de monde, nous apprenons qu’un homme sans étiquette Mr Bonnemain se présente contre Rachline à Fréjus (Var Matin du jour).

Nous connaissons indirectement cet homme droit de tendance de droite qui a fait du droit !
La nouvelle génération de politiques qui arrive dans la CAVEM nous laisse penser qu’on va enfin pouvoir sortir du jeu politique national.
Car que ce soit le RN ou Ginesta et donc Ollivier Jousse nos communes n’ont été jusqu’à présent que les pions du jeu des partis nationaux et on voit le résultat: bétonnage, fric-magouilles et absence quasi totale de conscience et de réalisations écologiques.

Or, les gilets jaunes et de nombreux citoyens, rejettent parfois à juste titre ces partis nationaux.
Si nous avions sur Roquebrune et sur les autres communes des élus « sans étiquette » loyaux et « du cru » (comme Serra à l’époque), il y a de fortes chances pour que la CAVEM soit enfin gérée d’ici et non pas de Paris. Car les enjeux majeurs de notre territoire les « sans étiquettes » les connaissent et leurs indépendances seraient une garantie pour nous citoyens d’une autonomie d’action bénéfique.


2018 : Saint Raphaël39628739_888886661296973_2045052586410639360_n

Les langues se libèrent et la purge continue à Saint Raphaël avec un Maire, Mr Masquelier, qui jusque là fait un sans faute dans l’assainissement et la moralisation de la politique locale de sa ville (éviction de l’adjoint à l’urbanisme fidèle à Ginesta, charte des marchés publics…).

Retour (plus bas) sur l’influence néfaste de Ginesta et consorts sur la politique Roquebrunoise.

En 2020, espérons que cette purge atteigne aussi une municipalité vérolée par les scandales depuis presque 20 ans..

 


2017 :NOS CHERS VOISINS COMMUNAUX.

« Je t’adore, je te déteste » la saga passionnée (peu passionnante) des « ennemis, anciens amis« , ou « amis, anciens ennemis » sur fond de lutte politique et d’enjeux financiers.

Les communes du territoire qui jouxtent géographiquement Roquebrune sont : Puget sur Argens, Fréjus, Bagnols en Forêt, Le Muy. plus loin : Saint-Raphaël, Les Adrets de l’Estérel .

Il existe différentes formes administratives de coopération intercommunale au sein de ce territoire: « Feu » la Communauté de Communes « Pays Mer Estérel » (CCPME), le « SMIDDEV » (nous y reviendrons), mais surtout depuis 2013, la CAVEM (Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditerranée) . Les communes citées font toutes partie de la CAVEM (sauf Le Muy).http://www.cavem.fr

Ses domaines de compétence couvrent bon nombre de préoccupations des Roquebrunois et notamment :

La CAVEM est un organisme solide et « qui travaille » mais qui est depuis quelques temps, le lieu où se joue un triste mélodrame. Son président est Georges Ginesta et l’un des ses Vice-Présidents est Jean Paul Ollivier.

C’est un lieu d’affrontement et de pouvoirs particulièrement du fait du système Jousse/Ollivier et exacerbé depuis l’élection de David Rachline (FN), ami d’Ollivier-Jousse, et en opposition frontale et déclarée avec Georges Ginesta (UMP, Député Maire de Saint Raphaël).

C’est parfois une vraie corrida ! Les conflits politiques, inextricables et parfois peu lisibles par les rebondissements successifs, sont souvent au premier plan. Les duettistes ex-tandem « Jousse-Ginesta » (amis pour la vie, mais depuis l’exclusion de Jousse de l’UMP : ennemis pour toujours), ont fait et  font toujours l’objet de rebondissements revirements et donc d’instabilité politique.

Car, qui dit « efficience et économie » implique « mutualisation et synergie » mais lorsque le système s’enraye, il peut être source de dysfonctionnements et de non coopération délétères.

Deux exemples pratiques de retentissement de ces discordes sur les finances citoyennes :

  1. un prix à la tonne de déchets qui explose par commune,
  2. le prix du mètre cube d’eau qui atteint des sommets sur Roquebrune (voir le dossier sur le prix de l’eau).

LES RELATIONS entre FREJUS-ROQUEBRUNE : un copié-collé d’idéologie malsaine, de dettes colossales et d’affaires entre copains.

Une « involution » parallèle inquiétante :

  • Une dette abyssale : Fréjus : autour de 2500 Euros de dette par habitant – Roquebrune : 3265 Euros par habitant en 2015

voir le tableau comparatif plus bas, édifiant (source ACCR)13615107_838242236307354_5312424754957371863_n

  • Deux adjoints qui démissionnent pour dénoncer l’endettement des deux villes. Michel Bouvard a démissionné de ses fonctions d’adjoint aux finances de Roquebrune
  • Pour faire des économies, Fréjus décide de rendre ses manifestations culturelles biennales. Roquebrune fait de même et en supprime certaines (festival de la BD,…)
  • Les maires font la une des médias à leurs dépens : articles du Canard Enchainé sur les dérives à Fréjus. Luc Jousse et son 1er adjoint Jean-Paul Ollivier sont mis en cause dans un reportage de la chaîne D8 et d’Envoyé Spécial sur France 2.
  • Des dissidences et des trahisons politiques : Philippe Mougin à Fréjus, Francesco Lio à Roquebrune trahit ses engagement et rallie Jousse et Ollivier13775939_10209959119684890_2498935611259866916_n
  • Une droitisation progressive vers l’extrême : de Léotard (modéré) à Rachline en passant par Brun. De L’UMP de Jousse Ginesta au micro parti « RPR Joussien » ouvertement populiste et extrême.
  • David Rachline et Luc Jousse « copains » pour les affaires et surtout pour reprendre la CAVEM à Ginesta (voir photo) et étendre l’emprise du FN sur le territoire.
12891791_939707126098352_7391645391143491435_o

Le sénateur et le condamné Jousse

En effet, le FN de Fréjus veut clairement mettre la main sur Roquebrune. Il y envoie ses gros bras lors du conseil municipal du 3  Août pour faire pression sur les élus afin qu’ils élisent Ollivier-Jousse, et ses promoteurs pour tirer parti un maximum des biens de Roquebrune

Qui fait pire que l’autre ? Difficile de départager les deux villes ! En fait tout est dit  : une gestion calamiteuse, des affaires de gros sous, une idéologie de l’intolérance.


LES RELATIONS entre SAINT RAPHAEL-ROQUEBRUNE : l’influence de « l’oracle du lion de mer »

L’influence et les manœuvres de Georges Ginesta, député Maire ont été déterminantes en terme de répercussions pour notre village.

Il a régné en maitre sur le territoire fortement ancré à droite (RPR, UMP). C’est le potentat qui a soutenu Jousse pendant 3 élections, « le meilleur d’entre nous » pour enfin admettre les dérives de celui-ci et de s’en séparer.

nm_121711_px_640_

Le député et le condamné Jousse

Mais pourquoi l’avoir soutenu jusqu’au bout alors qu’il était bien au fait des agissements du délinquant Jousse ?

Un exemple emblématique : alors que Jousse avait été suspendu de l’UMP pour ses propos odieux contre une minorité, George Ginesta a tout fait pour qu’il réintègre l’UMP et lui permettre sous cette étiquette de remporter les élections municipales de 2014 pour qu’ensuite Jousse en démissionne ! Cette attitude schizophrénique est incompréhensible à moins qu’il ne soit lui-même tenu par les affaires du Système Ollivier-Jousse ? « UN TROUBLE DE L’ELECTION » qualificatif utilisé par l’oracle lui-même, qu’il pourrait également s’appliquer !

Plus incompréhensible, il soutient officieusement la candidature d’Ollivier qui devient de nouveau fréquentable à l’élection de Maire par les élus du 3 Août 2016, c’est à n’y rien comprendre ! Les dossiers d’abord, et non les Roquebrunois d’abord, la politique ensuite.

Au cours de toutes les élections Ginesta n’a cessé de monter un front uni Jousse-Ginesta-Boudoube/UMP contre JP Serra, l’enfant du pays, à toutes les élections entre 2001 et 2014 (voir historique en annexe, plus bas)

Sa responsabilité est ainsi immense dans la vie politique que Roquebrune subit encore actuellement.


Lire le dernier paragraphe (Canard enchainé) concernant Roquebrune. Déc 2018.

48405315_954911268027845_7084786178112618496_n


LA SAGA DU SMIDDEV:  exemple d’un maelstrom financier savamment orchestré par Ginesta-Jousse-Ollivier

Le SMIDDEV est le syndicat intercommunal chargé de gérer le ramassage et le traitement des ordures ménagères. En font partie notamment les communes de la CAVEM. Olivier en était l’un des Vice-présidents, mais il démissionnera car « fatigué » tout en restant Vice-Président de la « CAVEM » …

Au centre des préoccupations le site d’enfouissement de Bagnols en Forêt qui accueille les déchets, et le Groupe Pizzorno qui a conclu ce marché avec le SMIDDEV.

Le groupe Pizzorno qui régnait en maitre sur ce marché a été reconnu coupable d’avoir enfoui irrégulièrement des déchets. Les « barons » auraient été au courant de ce marché. Le SMIDDEV décide de changer de prestataire.

Un article bien documenté de l’Express dénonce l’opacité du secteur des ordures ménagères et la montée en puissance des cas de corruption au niveau national. Le cas le plus fréquent de fraude est la différence entre à la tonne déclarée et la tonne effectivement déposée.

La CAVEM décide de se retirer du SMIDDEV et demande la dissolution refusée par la Préfet. Les maires de Fréjus, Roquebrune et Saint Raphael n’ont pas voulu poursuivre Pizzorno ? Pourquoi ?

Ainsi, les intérêts financiers sont majeurs dans cette commission qui brasse et attribue des marchés publics pour plusieurs millions d’euros à des groupes ou entreprises privés.


LES RELATIONS avec PUGET, BAGNOLS-EN-FORET, Le MUY et CONCLUSION 

Le maire de Puget a été ami fidèle du système Jousse-Ollivier et a participé a pratiquement toutes les élections contre JP Serra avec eux et Georges Ginesta. Depuis les relations se sont tendues et Jousse insulte M. BOUDOUBE et son adjoint via sa page Facebook.

Le maire de Bagnols est en conflit ouvert avec la CAVEM pour sa gestion douteuse des ordures ménagères et les relations n’ont jamais été très soutenues entre Roquebrune et Bagnols. Quant au Muy , la ville appartient à une autre intercommunalité 13350404_1072334122841622_5851072671569891072_o

Malgré le parasitage incessant mené par le système Ollivier Jousse et depuis 2 ans par le sénateur Rachline, nous reconnaissons l’énorme travail efficace fait par la CAVEM qui monte des dossiers solides. Les élus de Roquebrune de l’opposition qui participent à la CAVEM  réussissent pour le bien de leur administrés : ainsi le Programme d’Action et de Prévention des Inondations  (PAPI) qui a été élaboré sous l’égide de M Perrin a été accepté par l’état pour plusieurs dizaines de millions d’euros sur 5 Ans.

Ainsi nous voyons combien il est important d’entretenir des relations constructives avec nos partenaires voisins communaux ne serait-ce qu’au sujet crucial des inondations qui concerne pour le bassin de l’ARGENS, à la fois Le Muy, Roquebrune, Puget et Fréjus.

Aujourd’hui, malheureusement c’est amour (Fréjus) ou haine (Saint Raphael, Puget) lié en grande partie aux multiples « volte-face » du système Jousse Ollivier en fonction des intérêts personnels plus que collectifs.

L’influence Raphaëloise a été clairement néfaste pendant ces 15 ans, ne parlons pas de Fréjus actuellement. Mais Le Muy, Bagnols ou Puget semblent plus aptes à la collaboration citoyenne, et d’ailleurs ne doit-on pas inviter les citoyens de ces communes à réfléchir avec nous sur l’avenir du territoire ? En terme économique de développement durable, de géopolitique et écologique nous avons plus à partager avec des « villages ou des villes plus paisibles politiquement »  qui se tiennent à l’écart des ambitions politiques nationales.

Sans se séparer de la CAVEM peut-on développer d’autres formes d’intercommunalités citoyennes qui permettraient le développement de l’agriculture, du milieu associatif, de la culture, du sport ou des cantines scolaires centralisées avec de vrais cuisiniers, du local et du bio par exemple ?


ANNEXES

L’endettement et les impôts : analyse comparée des communes du territoire. EDIFIANT POUR RSA ! (source ACCR)

rsa champion


Ainsi intéressons-nous à la saga Ginesta-Jousse contre Serra à l’aune des différentes élections communales et départementales qui souligneront le soutien indéfectible de Ginesta au délinquant Jousse.

HISTORIQUE DES ELECTIONS MUNICIPALES ROQUEBRUNOISE, CANTONALES ET DEPARTEMENTALES du VAR

en 2001, municipales : Jousse Ollivier avec le soutien de GINESTA

en 2004, cantonales : le front « Tous contre Serra » échoue, JP Serra conserve son siège de conseiller général contre Jousse en le devançant dans toutes les communes du canton y compris à Roquebrune …

En 2008, municipales : Jousse-Ollivier ont réussi à rassembler FN, Gauche et Droite Ultra-Libérale sous l’étiquette UMP avec le soutien de GINESTA qui en avait fait son suppléant aux précédentes législatives. Grâce à un contexte national fortement ancré à droite (Sarkozy), Luc Jousse remporte une deuxième fois les élections municipales sous l’étiquette UMP.  Les élus d’opposition démissionnent croyant alerter le Préfet : la voie est ouverte pour toutes les affaires.

En 2011, cantonales : Luc Jousse est une nouvelle fois battu du fait d’un fort mouvement de contestation anti Sarkozy. Même scénario malgré un front uni Jousse-Ginesta-Boudoube/UMP contre Serra.

En 2014, municipales : le rejet de la politique de Hollande est également favorable à la réélection du système Jousse Ollivier pour la troisième fois, réintégré de justesse provisoirement dans L’UMP puis définitivement exclu après les élections (suspendu un temps pour ses propos sur les Roms). Ils remportent les élections sans gloire avec seulement 162 voix d’écart après avoir passé un accord entre les deux tours avec l’un des opposants « acheté contre un poste d’adjoint »! Ce vote semble en plus entaché d’irrégularités mais pour des questions de forme les pourvois sont rejetés et le vote validé …

En 2015, cantonales devenues départementales avec recomposition géographique du canton de Roquebrune intégrant le Pays de Fayence et abandonnant Le Muy : Les candidats FN soutenus par Jousse/Ollivier avec comme suppléant l’un des conseillers municipaux de Roquebrune sont battus par le tandem Mimouni/Cavallier


 

You may also like...

1 Response

  1. ACCR dit :

    Bonjour,

    Je vous remercie de citer vos sources. Je vois deux tableaux, dans votre article, publiés par ACCR, l’association dont je suis la présidente.
    Ceci étant dit, Luc JOUSSE n’a pas été exclu des républicains, il en est sorti contrit par le choix de François Cavallier pour les Départementales. C’est la raison pour laquelle aucun parti ne voulant plus de lui il a crée sont « RPR » qui en ce moment discret comme une violette. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *