Dossier 6 : Art, culture, animations, divertissements et associations

 MUNICIPALES 2020


DOSSIER 5 : Art, culture, animations et divertissements

PROGRAMME « S.Au.V » POUR UNE TRANSITION CITOYENNE en 2020.

S pour simplicité (vie simple mais riche de créativité), Au pour Autosuffisance, V pour vulnérabilité (aide aux plus démunis)


PROPOSITIONS

  • Refaire revivre le théâtre et la danse par des pièces, spectacles réguliers voire développer dans des locaux privés,
  • Etablir des partenariats avec les structures artistiques publiques et privées du territoire, les écoles et les associations artistiques,
  • Renforcer les subventions aux associations artistiques et culturelles locales,
  • Avoir une grille objective d’attribution des subventions : nombre d’adhérents, matériel nécessaire, nombres de bénévoles, services rendus à la communauté (formation dans les écoles, participation aux manifestations diverses, …), dynamisme des dirigeants et des membres …
  • Rétablir le festival de BD et la fête du miel,
  • Renforcer l’école de musique, qui refuse du monde dans certaines spécialités, créer une école de musique associative ?
  • Renforcer les écoles de théâtre (une unique compagnie « l’œillet vert » existe sur le Village) : école municipale ? Locaux plus adaptés ?
  • Créer des lieux de répétition adaptés ou de résidences pour artistes débutants et confirmés,
  • Rétablir les cinémas, en salle et plein air avec un confort adapté (plus aucune séance de cinéma au Village ou aux Issambres depuis quelques mois, et à la Bouverie depuis des années),
  • Faire des animations issues du monde artistique et des écoles de musique, de théâtre, de danse de Roquebrune : mêlant par exemple la peinture, la sculpture et un festival de théâtre, de musique, du conte dans les rues du village (comme lors du cross du millénaire, photos) avec des conteurs provençaux, africains, orientaux qui nous amènerait dans l’univers de Pagnol, des 1001 nuits, de Brocéliande, de la savane, bref l’univers de la rencontre, de la tolérance et du partage.
  • Animations dans le village, familiales plurigénérationelles : boules carrées comme au Puget ou caisse à savon

CE QUE NOUS PROPOSONS pour les associations artistiques (et autres)

  • Faire un collectif inter associatif de défense des associations avec un représentant qui serait LA ou LE correspondant avec la mairie.
  • Respecter la pluralité des initiatives d’enseignement de l’art : associatives et municipales.
  • On souhaite, par exemple, un audit indépendant pour être certain que les fonds attribués soient donnés de façon loyale et sur des critères objectifs, pondérés : nombre d’adhérents, matériel nécessaire, nombres de bénévoles, services rendus à la communauté (formation dans les écoles, participation aux manifestations diverses, …), dynamisme des dirigeants et des membres : titres, palmarès et autres récompenses …
  • CREATION POTENTIELLE d’EMPLOIS : 10 à 15

Il faudrait coupler la fête des peintres avec une autre animation : Petite fanfare ambulante toute la journée, atelier peinture pour les enfants, concours du meilleur tableau avec vote du public, etc… ce qui est sûr c’est que des exposants se découragent, toutefois ce n’est pas négatif, certains ont quand même vendu des tableaux.

Nous préférons ainsi la légèreté, la tolérance et les manifestations multi-générationnelles.

« TEMOIGNAGE : « Rendez nous notre festival de la BD qui intéressait grands et surtout petits!!! » source fb.

14265029_1091255197616673_2434570036553351085_n

« en 2000 après le cross du millénaire, des spectacles dans les rues du village avec tous les enfants de toutes les écoles de la commune. ..mais personnellement ce fut un des plus beaux événements, .juste magique… »

Pérenniser le festival de la peinture,

Pour les petits et les grands, notre village est parfait pour accueillir un festival du conte dans ses rues avec des conteurs provençaux, africains, orientaux qui nous amèneraient dans l’univers de Pagnol, des 1001 nuits, de Brocéliande, de la savane, bref l’univers de la rencontre de la tolérance et du partage.

On pourrait y associer les commerçants et  les écoles qui, s’ils le veulent et le peuvent, recevraient des conteurs et des enfants dans leurs locaux, avec une déco adaptée.


« Les biscuits municipaux » .

Lors des élections municipales, il est commun de dire qu’il y a « une prime au sortant », c’est-à-dire que l’équipe en place bénéficie le plus souvent, sauf bilan catastrophique, d’une certaine forme de crédibilité de la part de la population si elle a été honnête et à l’écoute de ses concitoyens et donc des chances de ré élection plus importantes par rapport aux autres listes.

Les raisons viennent aussi du fait que certaines équipes sortantes (sournoises) ont plus de facilité à graisser la patte de leurs électeurs avec l’argent public qu’elles gèrent et détiennent.

Deux exemples de « distribution de biscuits municipaux » (mais il y en a bien d’autres) :
1, L’embauche en mairie (Avec Jousse Ollivier, le prorata d’employés municipaux par rapport au nombre d’habitants a atteint l’un des plus hauts de la CAVEM),
2, L’aide aux associations.

Capture 3

Julien Luchini

Les politiques ont très souvent utilisé ces outils efficaces : « Je te donne ça et tu me donnes ton vote et celui de ta famille » surtout en période pré électorale.

Cette année, d’après l’opposition, l’attribution de subventions aux associations ne déroge pas la règle : on donne à certains et « on oublie » les autres…

Notre groupe a recherché la grille d’analyse utilisée pour fixer les montants : introuvable, pourquoi ? Cela se fait-il donc « à la louche » ? La bonne soupe, c’est pour qui ? On demande toujours et encore la transparence sur les règles d’attribution des subventions qui sont d’un flou total.

On souhaite, par exemple, un audit indépendant pour être certainCapture 1 que les fonds attribués soient donnés de façon loyale et sur des critères objectifs, pondérés : nombre d’adhérents, matériel nécessaire, nombres de bénévoles, services rendus à la communauté (formation dans les écoles, participation aux manifestations diverses, …), dynamisme des dirigeants et des membres : titres, palmarès et autres récompenses dans les domaines

60310982_842915402749494_5375219628995772416_o

Exemple d’une association dynamique qui remporte des titres ….et qui ne reçoit rien.

sportifs par exemple …

 

Mais ça ce sera pour l’après 2020. Enfin, on peut rêver…


« VIVRE A LA BOUVERIE » est clairement une association du système en place. Elle a reçu prés de 20.000 Euros de subventions municipales pour un festival Country de 2 jours.

Guy ICHARD est Président de l’association. Claude, son épouse, est élue majoritaire.

ICHARD Lucienne

Claude ICHARD.Conseillère Municipale Déléguée

Ils partagent toutes les publications des élus majoritaires et des autres proches d’OLLIVIER (Luchini, directeur de cabinet, candidat aux municipales de 2020). Voici des captures de leur page avec des Post Racistes ?

lio

Lio le pèlerin : essaie t-il de laver sa tromperie de 2014 ?

Capture 7

Partage :  En quoi une association culturelle se permet de faire de la politique ?

Capture 5

Water Gliss passion : très fidèle au système et au RN et depuis le début

Capture 1Capture 6


Rien ou très peu pour les groupes ou ensembles musicaux locaux.

Ce que l’on constate en échangeant avec les musiciens et les chanteurs de chorale c’est le manque de possibilité de répétition et d’enregistrement sur la commune. Les artistes sont obligés d’aller payer parfois de façon assez onéreuse la location de salles privées ou de studio d’enregistrement ailleurs sur le territoire. Cela ne participe pas à l’éclosion de futurs artistes locaux et c’est dommage. On se souvient de la maison de la jeunesse à la Bouverie qui favorisait le constitution de groupes d’ados avec des concerts sympas mais elle a été fermée par le trio Jousse-Ollivier-Neveux.

Aux Issambres, la salle de musique est mal foutue, non fonctionnelle, au Village c’est une salle polyvalente également mal insonorisée et la Bouverie idem. Et de plus, en dehors des créneaux de l’école de musique, pas de possibilité de location pour les groupes amateurs.

Pourtant les espaces ne manquent pas (exemple : salle Robert Manuel ou la salle des fêtes de la Place Germain Ollier voire les vastes vestiaires de la salle Régis qui sont tout neufs et ne sont jamais utilisés), seule la volonté municipale manque cruellement d’ambition culturelle locale.21077610_10214217725946915_788030426521491210_n


ANNEXE

Prendre soin de la jeunesse et faire découvrir la culture et l’art permet de développer l’esprit de tolérance et le respect des autres. Les négliger, c’est placer l’individualisme au premier plan et donc le pouvoir et l’argent comme seules valeurs. Les pratiquer, les contempler, c’est se sentir vivant, c’est être et être ensemble et « exister » en quelque sorte.

Ils existe un offre culturelle conséquente sur le territoires. Beaucoup de salles et de structures destinées à recevoir des manifestations culturelles existent citons:

  • Le carré Gaumon à Sainte Maxime
  • Le Forum (théâtre inter communal dont Roquebrune a payé sa part) à Fréjus
  • Le Palais des Congrès à Saint-Raphaël
  • Le Théâtre Municipal à Draguignan
  • L’espace Victor Hugo au Puget

Malgré des infrastructures adaptées (salles Robert Manuel ou Molière) trop peu de manifestations relatives à l’art et la culture ont lieu au sein de la commune: pièces de théâtre, spectacle de danse, concerts, conférences, chant, spectacles comédie musicale, expositions.

Les salles de Roquebrune étaient devenues payantes pour les manifestations culturelles sauf pour les écoles et si les entrées sont gratuites mais dans ce cas elles ne sont pas prioritaires.

Les artistes locaux ont le strict minimum pour faire découvrir leur art mais aucune grande manifestation ou festival ne leurs sont consacrés. CITONS les associations et manifestations locales:

  • Chorale Adventi Voce
  • Festival du Jazz aux Issambres en Juillet, Parc Julien Cazelles, quelques groupes locaux
  • Compagnie théatrale de l’oeillet vert
  • http://www.roquebrune.com/…/79-ateliers-les-arts-d-argens Ateliers-les-arts-d-argens une association qui mérite d’étre connue  www.ateliersartsdargens.com
  • www.artistes-du-rocher.fr
  • N’oublions pas les initiatives privées comme les pièces de théatre au « Folies » à la Bouverie.
  • Certes la manifestations « Tout en art » remporte un certain succès mais on voit toujours la même troupe.

VOS TEMOIGNAGES : que se passe t-il au sein de la commune ?

  • D’une manière générale, le service public devrait inciter la jeunesse et la petite enfance a la pratique des arts et de la musique, et ce sans conditions financières.. tous les jeunes devraient pouvoir accéder et pratiquer ses disciplines qui permettent souvent une canalisation des énergies dans le bon sens…il en est de même pour l’absence d’une médiathèque sur la commune qui me parait aberrante. Quand on voit ce que fait la Dracénie a ce niveau, on envie nos voisins du Muy , ou même de la Motte ( qui est un tout petit village) et qui dispose d’une sublime médiathèque… et nous ??? une bibliothèque mal placée et vieillotte qui date de Mathusalem! Concernant la peinture en particulier, la place est faite pour les amis. j’en sais quelque chose mon association Expression Libre qui réunissait des artistes et artisans d’art de la commune a était éjectée des le premier mandat… car j’étais considérée comme opposante
  • insister sur la pénurie de conférences, de projections cinématographiques, débats, festivals culturels ou artistiques qui sont de plus en plus rares pour ne pas dire inexistants à RSA, contrairement à beaucoup d’autres communes alentours ; mentionner néanmoins l’existence du festival de la photographie qui a lieu en juillet
  • faire une vraie salle de cinéma digne de ce nom, qui pourrait par ailleurs servir de salle de conférence (on ne peut pas dire que la salle Molière s’y prête vraiment)imgres
  • Pour la peinture, on pourrait prendre exemple sur Grimaud: Ils organisent un salon au printemps et en automne, les artistes (35 environ) sont sélectionnés par un jury de d’experts, ils mélangent les pros et les amateurs, c’est très bien organisé.
  • la Fête du Miel : cette manifestation telle qu’elle était proposée depuis 1994 avait pour objectif principal de mettre la profession à l’honneur mais aussi de sensibiliser le public sur le rôle essentiel de l’abeille dans la pollinisation des cultures et l’écosystème, et sa nécessité de la protéger. Cet événement propose sur les 2 jours de nombreuses activités culturelles, pédagogiques et ludiques autour de ce thème, initiant le public à une meilleure connaissance du métier, du rôle des pollinisateurs, et de la grande diversité des miels de Provence. Cette fête était d’interventions dans les écoles primaires et maternelles de la commune pour sensibiliser les élèves au rôle de l’abeille et leur expliquer la fabrication du miel.. Ces élèves, très impliqués, ont la possibilité d’exposer ensuite leurs travaux pendant la manifestation.
    Elle a été remplacée par La « fête du miel et de la gastronomie » qui n’a en rien conservée cet esprit et ne se sert que de la renommée de la manifestation pour communiquer et avoir un maximum de monde. Mais à part 3 stands de miel tenus par des apiculteurs qui ne sont même pas du département, il n’y a dans cette fête diffuse qu’une volonté affichée de faire du chiffre d’affaires, gommant tout le côté pédagogique et instructif qui nous est si cher.
  • La sculpture en liberté n’existe plus en été

29683681_10213443476694607_491501948659515109_n

plat ventreBD

 

Marguerittes : le Studio communal, une pépinière de talents: le Midi libre


’est en  2004 que la municipalité, dans le but de créer du lien social sans distinction de statut social et pour répondre à une attente des jeunes musiciens de la ville, inaugure le studio communal de répétition, situé dans le prolongement de l’école de musique.

Une fois les bases musicales acquises au sein de cette école, les musiciens se dirigent vers le studio afin d’évoluer en groupe. Fabrice Villatte, musicien formateur, explique qu’il aide les jeunes « à trouver leur identité musicale et le message qu’ils souhaitent faire passer et ainsi leur permettre de trouver leur propre style reste ma priorité. A raison de 9 groupes/ semaine, l’équivalent de 105 heures activités, on peut dire que ce studio à trouver son rythme de croisière ».

En partenariat avec le centre socioculturel ESCAL, les musiciens peuvent bénéficier de modules de formation allant de la résidence répétition, à la formation informatique musicale en passant par des ateliers de textes et musique, des séances d’enregistrement et préparation audio, sans but lucratif et, de l’accompagnement artistique.

Plusieurs groupes ont ainsi vu le jour et pu s’illustrer en remportant la bourse des jeunes talents  tels les Waterlillies, les Mofo Party Plan ou lors d’un tremplin national de musique Métal  pour les Dying Flag pour ne citer qu’eux. Chaque année, la mairie investit pour l’acquisition de nouveau matériel afin de proposer en permanence des équipements à la pointe et adaptés aux nouvelles technologies en perpétuelle évolution.

Ainsi, les utilisateurs évoluent dans un local insonorisé et adapté à tous style de réalisation musicale tels Léandre, Fabrice et Jean-Baptiste du groupe Dust Project qui fréquentent le studio depuis 4 ans et préparaient leur participation au festival  Les Rochtambules fin juillet. A l’unisson, les jeunes garçons confiaient : « Ce studio garde un esprit familial, on se sent comme à la maison. Qui plus est, on profite d’un matériel impeccable et de conseils toujours bienvenus de la part de Fabrice ».

Catherine Gomez, élue en charge de la Culture revient sur le souhait de la municipalité de faire perdurer ce genre de structure et ce, malgré les difficultés financières que connaissent actuellement toutes les communes. « Marguerittes porte entièrement la charge du fonctionnement et de la création, il serait souhaitable, compte tenu de la fréquentation des communes extérieures, que ce studio soit considéré au niveau de l’agglomération », conclut l’élue.


 

Octobre 2017 : Actualisation du dossier. La tribune n°55.

Oui, nous la tenons notre œuvre d’art majeure à Roquebrune.22555319_713920965460211_9038829293182964588_o22769862_713920975460210_2481284789031528619_o

Après « Les tournesols » de Van Gogh, « La descente de la croix » de Rubens, « Gernica » de Picasso, nous avons  » JPO, la Sainte apparition au dessus du village  »
A moins que ce ne soit « JPO, dans les chardons, sur son chemin de croix à Gernirocco ». Oui, il est fier le bougre mais c’est sûr, bientôt il rejoindra le panthéon des croûtes oubliées.

 

Il veut faire plaisir aux gens, mais il n’élève pas le niveau .

Les artistes du rocher est une association qui a toujours eu les faveurs des deux maires : Jousse, Ollivier. D’autres artistes ont été écartés des salles d’exposition de la commune (voir un artiste, plus bas) parce que trop bons sans doute ?

A Ste Maxime, un concours avec expo est organisé chaque année, 3 tableaux sont sélectionnés et achetés par la mairie, avec chèques à la clé pour les gagnants. C’est déjà mieux.

Quand on voit des artistes comme Damien Bartolo qui peint notre village et les Issambres avec un talent inouï et quand on voit ça…. on se dit que la gestion de la partie artistique de ce village n’est encore une fois qu’injustice pour les vrais artistes.

TOILES DE Damien BARTOLO :

https://www.facebook.com/damien.bartolo

Capture 1

et on enfonce le clou …

16835966_1390010067738537_2100860179827555481_o

 

Damien Bartolo

15585460_1294224510650427_3113339825607199242_o

Damien Bartolo

20770381_857849654379850_5420609786949296199_n

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *