Dossier 14 : La cause animale (le refuge)

MUNICIPALES 2020.


DOSSIER 14 : La cause animale (le refuge)

PROGRAMME « S. Au. V. » POUR UNE TRANSITION CITOYENNE en 2020.

S pour simplicité (vie simple mais riche de créativité), Au pour Autosuffisance, V pour vulnérabilité


PROPOSITIONS

Nous proposons que les responsables et bénévoles travaillant dans ce refuge soient nommés sur la base de leur compétence (certificat, diplômes..) et/ou sur la base de services rendus pour la cause animale.

  • Un organisme indépendant regroupant des experts et associations de la défense de la cause animale doit décider en toute transparence des règles de fonctionnement, des nominations des dirigeants et bénévoles et du budget.
  • Un observatoire citoyen doit pouvoir à tout moment inspecter les lieux et auditionner les intervenants.
  • Une véritable politique d’adoption et de bénévolat doit être promue au sein de la commune afin d’éviter l’euthanasie des animaux abandonnés.

Toujours plus loin pour le confort des élus. Emploi fictif ? LA CAVEM COMPLICE ?

Si les animaux sont bien traités, bien nourris, et régulièrement promenés il y a des arrangements au sein de l’association AVSA et de la Direction.

L’adjoint à la sécurité de Roquebrune (M. Calvet) est Directeur général et est rétribué sur le budget du refuge canin. A notre connaissance, ses compétences dans ce domaine sont quasi nulles.

C’est Jousse qui l’a placé contre rémunérations et c’est lui même qui le dit :  » j’avais obtenu pour (son ami) Thierry Calvet, mon adjoint au Maire également, le poste de directeur du refuge pour chien grâce à mes relations ! Bien amicalement. Luc Jousse « . Le « grâce à mes relations » est emblématique d’un nouvel arrangement entre soi au dépend du citoyenLogo_cavem_2014_RVB-01

Il paraitrait que la nomination à ce poste soit une procédure légale, sans appel à candidature, juste un petit arrangement de plus entre amis.

L’adjoint aux transports et aux affaires patriotiques (M. Heim) était trésorier de l’association et l’adjointe aux festivités et aux écoles était également membre du Conseil d’administration (Mme Neveu).

Quoi de plus normal donc que tous deux aient voté sans sourciller la subvention de 102 600 € attribuée par la CAVEM à cette association sous forme de partenariat !

Même si l’AVSA ne perçoit pas directement de subvention de fonctionnement de la ville de Roquebrune-sur-Argens, celle-ci fait partie des cinq communes de la CAVEM et les Roquebrunois paient des impôts à cette structure communautaire…

La vie continue, et rien ne change à Roquebrune où les élus sont en place depuis 18 ans et où les (mauvaises) habitudes perdurent !


OCTOBRE 2017

En Juin, nous étions nombreux à nous être déplacés à Draguignan pour manifester devant l’hôtel de ville afin de demander que l’auteur de la torture effroyable puis de la mort d’un chat soit identifié et jugé. Gain de cause puisque l’auteur est finalement identifié et est condamné à 6 mois de prison ferme.

69337850_639600629782324_7304132232388542464_nIl y avait énormément de monde dont de nombreux roquebrunois qui sont donc concernés par la cause animale (voir notre photo) dont des bénévoles du refuge d’animaux AVSA de Roquebrune (aucun responsable roquebrunois ou de l’AVSA à notre connaissance).

Adopter un animal est un bel acte citoyen car souvent il s’agit d’animaux abandonnés qui a terme risquent l’euthanasie en l’absence de propriétaires.

Adopter, c’est aussi s’engager pour de nombreuses années et cela requiert de la responsabilité. Il faut donc que le refuge s’assure que les futurs propriétaires soient en capacité de le faire.

Pour cela on peut aller au refuge de Roquebrune, mais aussi à la SPA de Flayosc. Tous les jours de 9h à 12h Et de 14h à 17h. Il y a plein de chiens et chats adorables. Le tarif minimum est de 150€ car tous les vaccins et opérations sont effectués (Les chiens doivent être castrés).

(Activité AVSA : Chiffres portés sur le site de la CAVEM en 2015 : 196 adoptions, 182 restitutions, 96 abandons, 281 chiens entrés en fourrière).69435906_639600999782287_4425567149708279808_n

Mais encore une fois, lorsqu’on s’intéresse de près au fonctionnement du refuge de Roquebrune, on découvre qu’il suscite des interrogations car évidemment comme chaque centimètre carré de la commune, il n’échappe pas au clan Ollivier Jousse.


2017

Le refuge-fourrière animale (pour chiens errants) de Roquebrune S/Argens l’AVSA (Association Varoise de Secours aux Animaux) a publié il y a quelques semaines, une annonce pour essayer de trouver des bénévoles.19467620_1676482639029675_6816481697415063455_o

Il faut savoir, qu’une VINGTAINE de BENEVOLES ont été remerciés ou sont partis sans aucune explication du jour au lendemain (il y avait même une dame qui le faisait depuis plus de 30 ans).
Beaucoup d’entre eux disent avoir évité l’ EUTHANASIE grâce à leur travail pour trouver des adoptants responsables et certains accusent l’ancienne direction de maltraitance (voir pétition en bas).

Notre avis : On ne sait pas véritablement les raisons qui ont poussé à virer les anciens bénévoles ? Il s’agit vraiment d’une décision étrange. Ces gens semblaient dévoués. Nous avons interrogé des bénévoles qui promenaient les chiens et semble t-il ces derniers étaient bien traités, les box bien entretenus. Le prétexte donné semble bien dérisoire, il doit y avoir autre chose… Quel intérêt de changer des bénévoles pour d’autres alors qu’il n’y a aucun intérêt financier ? Peut être que ceux-ci sont livrés à eux mêmes et se lassent à force (voir témoignage en bas) ? Dissensions au niveau de certains salariés (six personnes en CDI et une personne en CDD) et bénévoles ? L’ex directrice, Mme Tisserand a porté plainte contre certains bénévoles (Gendarmerie de Fréjus).

Officiellement la direction aurait changé alors que certaines personnes sont toujours là et bien là. Maintenant la « nouvelle direction »  aurait reçu des ordres de ne reprendre aucun ancien bénévole. Ils auraient établi une sorte de liste noire de ces personnes.thierry_calvet

Les responsables actuels sont des fidèles du système Ollivier Jousse :

C’est l’adjoint à la sécurité de RSA qui en est le Directeur Général (M. Calvet). Ancien gendarme ou policier à la retraite, il travaillait à la sécurité du Tribunal de Draguignan. Quelles compétences a t-il en terme de protection animale ? Aucune.

C’est Jousse qui l’a placé contre rémunérations et c’est lui même qui le dit :  » j’avais obtenu pour (son ami) Thierry Calvet, mon adjoint au Maire également, le poste de directeur du refuge pour chien grâce à mes relations ! Bien amicalement. Luc Jousse « . Le « grâce à mes relations » est emblématique d’un nouvel arrangement entre soi au dépend du citoyen.

Cet adjoint devait être président de la SAS SAFE PLACE, ce projet n’ayant pu aboutir car le préfet l’a jugé illégal, il a obtenu un poste de salarié au refuge AVSA. Cet emploi lui permet de gérer à plein temps la Police municipale de Roquebrune. 

Le Président est L.GREGORIOU, un habitué du système Jousse Ollivier qui a remporté de nombreux marchés publics.18446860_311843702578942_3762008760623960056_n

Bref, on tourne toujours en rond à RSA, toujours les mêmes personnes qui gravitent autour de l’argent public. Pas moyen de se sortir de ce système.


HISTORIQUE DU REFUGE DE ROQUEBRUNE

Ce refuge est un peu la nébuleuse créée par l’ex-maire déchu. Il faut remonter à sa création qui date des inondations de 2010 qui ont détruit le refuge du Muy.

2012-La commune de Roquebrune sur Argens a acquis la parcelle aux consorts BARBERO aux prix de 100 000,00 € puis de nouveau cédée à la CAVEM, 1 an plus tard qui a acquis la compétence de gestion du refuge. Ce dernier regroupe 22 communes.

Il faut savoir qu’à l’origine ce terrain avait été réservé pour créer l’aire de passage des gens du voyage. Jousse a autorisé ces derniers à s’installer, plus haut, au-dessus de l’autoroute en toute illégalité et sans aucun aménagement avec tous les problèmes que l’on connait et ils se sont sédentarisés.

La direction du refuge avait été donnée à Mme TISSERAND transfuge de la municipalité CABASSE où son mari était adjoint municipal. Mme TISSERAND est une proche d’OLLIVIER JOUSSE. Depuis c’est M.CALVET qui a pris la suite.

Depuis cette association fait l’objet de controverses :

2015-02-22 14_41_52-MONSIEUR LE MAIRE MONSIEUR JOUSSE A ROQUEBRUNE SUR ARGENS_ DEMISSION DES RESPONS

Concernant les griefs avancés dans cette pétition, difficile d’avoir une opinion objective : le peu de promenade vient du fait qu’il n’y a pas assez de bénévoles pour promener les chiens. De nombreux appels ont été faits cet été pour rechercher des bénévoles pour promener les chiens. Le bénévolat n’est pas une chose très naturelle pour une majorité de personnes. Quant au reste, il y a certainement un problème de budget : pas assez de dons? Mauvaise gestion ? Mauvaise utilisation des fonds ? Subventions insuffisantes ?

Parfois le coût demandé pour l’adoption est assez élevé : pour une adorable petite chienne à l’adoption, il fallait quand-même débourser 400€ pour elle (parce qu’elle avait eu des frais vétérinaires, notamment la stérilisation), cela peut décourager bien de gens. Dans un autre refuge : 150€ pour adopter des chatons alors qu’on en trouve gratuitement partout. Et puis les contraintes sont nombreuses avant de pouvoir adopter un animal. Après plusieurs refus dans différents refuges pour adopter un chien parce que le jardin n’est pas clôturé par exemple, certains ont fini par aller en acheter un chez un éleveur. Cherchez l’erreur ….

site Facebook du refuge : « AVSA refuge de Roquebrune-sur-Argens »


PROPOSITIONS

Même la cause noble de la défense animale est polémique dans cette commune. Les bénévoles dévoués sont virés ou partent, pour quelles raisons ? Apparemment sans ménagement pour certains et ce sont eux au final les vrais défenseurs dévoués de la cause animale.

Ces bénévoles viennent de leur plein gré par « amour » pour la race canine.

  • Nous proposons que les responsables et bénévoles travaillant dans ce refuge soient nommés sur la base de leur compétence (certificat, diplômes..) et/ou sur la base de services rendus pour la cause animale.
  • Un organisme indépendant regroupant des experts et associations de la défense de la cause animale doit décider en toute transparence des règles de fonctionnement, des nominations des dirigeants et bénévoles et du budget.
  • Un observatoire citoyen doit pouvoir à tout moment inspecter les lieux et auditionner les intervenants.
  • Une véritable politique d’adoption et de bénévolat doit être promue au sein de la commune afin d’éviter l’euthanasie des animaux abandonnés.

 

 

19467620_1676482639029675_6816481697415063455_o

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *