Municipales 2020 : Vers une transition citoyenne ?

QUELS CRITERES POUR ETRE UN BON ELU et pour faire notre choix ?

A quelques semaines des élections municipales, il semble que 8 listes seront présentes.
Comment choisir la bonne liste et le futur maire de Roquebrune ?

Outre la personnalité de la tète de liste et son charisme nécessaire pour incarner une autorité, le programme (souvent des promesses non tenues, sans sanctions) mais surtout la composition de ces dites listes sera toute aussi instructive.

Pour nous les critères principaux essentiels pour être un bon maire et un élu crédible sont au nombre de 5:

  • L’intégrité, le charisme
  • le conflit d’intérêt potentiel,
  • la compétence (dont la connaissance de la commune) par l’expérience voire les diplômes,
  • la disponibilité,
  • « Une preuve » d’engagement dans l’intérêt public.

L’intégrité sera jugée sur le casier judiciaire et le parcours politique. Des élus à vie qui changent de vestes et de crémeries selon le vent n’auront pas les faveurs des citoyens, idem pour celles et ceux qui ont été condamné(e)s par la justice.
Nous serons vigilants sur les intérêts personnels des candidats : leur patrimoine immobilier susceptible de se bonifier en cas d’élection (PLU, permis de construire).

La compétence : l’expérience professionnelle (privée ou publique) et les diplômes ou qualifications éventuelles ainsi que la connaissance de la commune.


Un nouveau candidat novice en politique est-il forcément illégitime ?

Pas forcément, vous pouvez être appelé à des fonctions professionnelles qui ne vous permettent pas de vous libérer du temps pour la commune, puis il peut y avoir une opportunité de le faire (par ex une affaire qui roule avec des associés choisis), pourquoi se priver d’un candidat qui a fait ses preuves dans le privé ou le public ? Cela lui donne une certaine légitimité par un bilan de gestion et un regard neuf qu’il ne faut pas rejeter de prime abord.

Combien de candidats qui n’ont pas réussi au niveau professionnel se recyclent dans les élections ? Beaucoup.


L’appétence à la politique politicienne et la disponibilité : ne pas avoir peur de s’engager dans la politique politicienne (qui sent souvent le souffre) et la présence effective sur le territoire de la commune surtout en cas de crise majeure.

« Une preuve » d’engagement dans l’intérêt public : Avoir été présent dans un milieu associatif par exemple ou dans un groupe citoyen ou politique, réel ou virtuel…

Donc le profil : charisme, intègre, sans conflits d’intérêts, disponible, compétent et qui est indifférent à la bassesse politicienne rétréci considérablement le profil idéal des candidats potentiels. Bref, aucune liste ne remplira tous les critères, c’est une certitude.

La politique fait fuir les citoyens vertueux, trop chronophage aussi. Dommage.

Etre Maire c’est un sacerdoce, alors les vrais candidats de ce type sont rares.


ELECTION DE 2020 versus 2014 : Quelles différences ?

A un peu plus de quelques semaines des élections municipales à Roquebrune, il règne une effervescence inouïe. Le nombre de candidat serait-il le début d’un réveil démocratique citoyen inespéré ? Nous croyons malheureusement que c’est surtout l’appât du gain qui excite plutôt ces velléités. Mais sont ils conscients des grosses difficultés financières de la commune et de la lourdes charges à venir ?

Essayons de comparer la situation de 2020 et celle de 2014 afin de dégager quelques éléments de réponse.

En 2014, l’U.m.p était certes affaiblie mais le rejet d’Hollande faisait que ce parti avait remporté la plupart des villes. LE potentat local, Ginesta, était encore puissant et la réintégration in extrémis de Jousse dans le parti lui a grandement facilité sa réélection (à très peu de voix). Aujourd’hui le parti est en miette et Jousse inéligible.

2014, c’est aussi la percée du FN/Rn et la prise de quelques villes symboles. Nul doute que les électeurs du FN de l’époque ont voté Jousse au deuxième tour. DEPUIS le RN n’est plus aussi puissant rattrapé par les scandales. Les résultats sont en baisse (mais toujours malheureusement en en tête au sein de la commune) aux dernières européennes sur Roquebrune et témoignent de l’effritement.

Ainsi plus que jamais, la dislocation et la perte de confiance dans les partis politiques nationaux ouvrent une perspective inédite pour les « sans étiquettes » qui n’auront plus à pâtir des votes « sanction » et des règlements de compte entre partis au niveau national.

Les candidats sans étiquettes proches (ou qui ont été) du système : Vallaury, Pasquette, Luchini, Gregoriou, et Amado s’entre déchirent. Du fait de la dispersion des voix due à la multitude de ces candidats, ils n’atteindront pas pour la plupart les 10% des voix (sauf Amado soutenu par le toujours puissant RN mais affaibli par le fait qu’il ait été parachuté) et ils sont discrédités par leur compromission avec un système que tout citoyen intègre, rejette.

La liste Rodriguez est sympathique.
Reste Messieurs Cayron et Tissier qui eux n’ont jamais eu aucun lien avec Luc Jousse.
LREM : Ils soutiennent Cayron, et il sera ainsi au deuxième tour au vu des résultats de LaREM aux européennes. Inconnu en 2014, il est le deuxième parti politique sur la commune. Néanmoins la révolte contre la réforme des retraites pourrait lui coûter quelques voix.

Autre élément capital qui interviendra dans le vote, l’arrivée de nouveaux habitants actifs pour la plupart (2000 depuis 2014) et parfois leur engagement par une meilleure information citoyenne. Les réseaux sociaux ont explosé depuis 2014 et dans notre commune nous comptons au moins 5 groupes citoyens très actifs (plus de 8000 membres pour QQSPAR ) c’est considérable. Ainsi les magouilles de l’équipe en place sont maintenant connues de tous et Luchini seul ne sera pas au second tour. Jousse arrosait son électorat et fut élu et réélu pour ça (induisant une dette abyssale) mais même si Luchini essaie de faire pareil, il n’a pas la gouaille de l’escroc.

Ainsi en l’état actuel, nous faisons le pronostic au deuxième tour d’un duel et moins probablement d’une triangulaire. Mais le risque d’un scénario 2014 a peu de chances de se reproduire. Ainsi Cayron et Amado (Rn) devraient être au deuxième tour. nous pensons 35-40% pour Cayron et 20-25% pour Amado. Si Luchini obtenait tout juste les 10 % (le système arrose pas mal actuellement), l’alliance Amado-Luchini ne fait aucun doute mais dans ce cas mais ne serait pas suffisante pour barrer la route à Cayron. Reste le candidat Tissier qui pourrait créer la surprise mais son départ tardif risque de lui être préjudiciable.

Voici un scénario assez probable SAUF si les pro système fusionnent au dernier moment. AINSI le JEU serait redistribué. Dans ce cas une triangulaire serait beaucoup plus dangereuse pour nous citoyens car ce sera encore la valse des enveloppes avec le mariage de la carpe et du lapin, comme en 2014.

Reste un autre élément fondamental : le taux de participation. Un faible taux va profiter au système. Ce sera le rôle des lanceurs d’alerte comme nous et aux opposants de mobiliser les citoyens à aller aux urnes.


Sur les potentiels candidats déclarés à ce jour, Messieurs, Amado, Vallaury, Rodriguez, Pasquette, Luchini, Gregoriou ont été  proches de Luc Jousse.

Reste Messieurs Cayron et Tissier qui eux n’ont aucun lien avec Luc Jousse.


Pour une transition citoyenne à Roquebrune

Pourquoi ?

  • Réinventer nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous nourrir, de nous déplacer, d’éduquer nos enfants
  • Les problèmes sont généraux mais les solutions sont locales. Notion d’économie circulaire (réutilisation des produits) et régénération des écosystèmes notamment
  • Transition énergétique: bouquet d’énergies renouvelables, effort de sobriété et d’efficacité énergétique, fournisseurs 100% renouvelable, se réapproprier l’énergie
  • Agriculture : pesticides, réimplanter une agriculture vivrière locale pour une sécurité et une économie
  • Pédagogie : basée sur la coopération, la solidarité et les enjeux à venir.
  • Démocratie participative : Faire participer les citoyens sur les décisions : véritable coopération entre les élus et les citoyens. Inventer des institutions nouvelles et des consultations
  • Remettre le service public communal au centre des préoccupations

Municipales 2020 : « S.Au.v » -er notre commune.

Après avoir arpenté les 4 coins du Département, des Départements voisins et parfois l’Hexagone, nous sommes en mesure de proposer 15 dossiers thématiques d’avenir pour Roquebrune. Un vrai programme pour les Municipales de 2020 au sens de l’intérêt général et du bien commun car il y a urgence de ce point de vue. Les personnes qui le souhaitent pourront piocher dans ces réalisations (qui ne sont pas toutes à appliquer) et nous pourrons les renvoyer à nos contacts s’ils le désirent.

L’acronyme S.Au.V a été choisi car il est urgent de se sauver de ce vieux système de décisions politiques faites de suspicions constantes, de favoritisme, d’impunités des élus, d’intérêt personnel et opaque par les émissions de fumées et de Co2 qui ne nous laissent que peu de temps pour réagir.

3 valeurs essentielles au centre de notre action :

– « S » pour Simplicité ou Sobriété heureuse, un mode de vie respectueux de l’environnement. Revenir aux fondamentaux d’un mode de vie simple, partagé sans un consumérisme forcené. Une vie simple mais riche de créativité commerciale, technique, artistique, sportive. Sortir de l‘addiction à l’abondance sera à l’évidence un combat de long terme à entamer dès l’âge scolaire.
– « Au » pour Autosuffisance avec des productions locales privilégiées. Le terme autonomie ne nous plait guère car nous sommes attachés à la République.
– « V » pour Vulnérabilité, protection des séniors et des enfants, du handicap, des personnes en recherche d’emploi.

Toutes les propositions sont issues de visites in situ. Rien n’a été inventé. Tout est déjà en place dans les multiples communes, associations et entreprises visités.

Merci aux responsables d’associations, habitants, dirigeants, élus des communes et entreprises de : La Motte (Sème ta graine), Correns, Figanières, certains acteurs de Roquebrune/A (nous avons nous aussi nos « insiders Anti TrumpOllivier »), Montauroux, Schneider Electric de Carros pour le stockage d’énergie (o6), Ungersheim (68), Habitat partagé de Draguignan, Cuisine scolaire bio de Mouans Sartoux (06), les entreprises Solairdirect etThéolia (13), EDF EN, la société « Mon autre maison » à Sumène (30), le Var en transition.

Régulièrement un dossier thématique sera publié.


 


LES DOSSIERS THEMATIQUES :

  • Renforcer le marché des producteurs BIO et locaux
  • Handicaps, enfants, séniors : prise en charge de la vulnérabilité
  • Construire un plan de descente énergétique local
  • Convertir une cantine scolaires à l’alimentation biologique et locale
  • Renforcer le marché de producteurs bio et locaux
  • Créer un réseau d’entreprises pour une économie locale et durable
  • Faut-il créer une monnaie locale ?
  • Développer un plan pour l’agriculture raisonnée
  • Etablir un programme culturel et sportif local
  • Instaurer une nouvelle gouvernance démocratique
  • Introduire la coopération dans la pédagogie
  • Les circuits courts de distribution, Développer Les AMAP
  • Mettre en place des composteurs collectifs
  • Mettre en place un pédibus, un vélobus scolaire
  • Mettre en place un système de covoiturage entre les 3 agglomérations
  • Mettre en place une filière de gestion des déchets
  • Monter un éco quartier
  • Revégétaliser les espaces, la qualité paysagère de Roquebrune
  • Sécurité-police: adapter les moyens face aux menaces (humaines et naturelles).
  • Aide sociale : CCAS, accueil de réfugiés, logements sociaux.

 


COMMENT FAIRE UN PROGRAMME réaliste et d’avenir ? compte tenu de ces quelques chiffres sur la commune (2016) :

13.5 % de sans emploi,
– Taux de pauvreté : 11%,
– Seul 2 % des emplois sont agricoles. L’activité est représentée essentiellement par le secteur du bâtiment-travaux publics,
54% de résidences secondaires: « terres gelées » vouées à la spéculation immobilière,
– 2700 heures d’ensoleillement et seulement 500 mm de pluie par an,
– Le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans :30,6 % (supérieur au taux national de 21,8 %).
– Espaces naturels splendides et basse plaine de l’Argens fertile,
Transports : carbonés essentiellement avec des pics de pollution et un air irrespirable tout l’été mais pas seulement.

Sur cette base, on peut choisir :

1. La continuité : vous bétonnez car seule la rente foncière est la solution. Vous détournez l’attention en agitant la peur (par la problématique des immigrants qui n’existent pas dans cette commune).

2. L’avenir : Vous développez la transition énergétique (solaire, isolation, réserves d’eau, …), les transports doux (covoiturage, pistes cyclables), l’agriculture bio pour les cantines ou autres, choisissez de mettre en valeur le patrimoine, développez la solidarité (les maisons pour les seniors, aide aux familles, enfants, ..), le tourisme d’accueil (chez l’habitant, tourisme vert), la vie associative, sportive (mer, ..) et culturelle.

Plus facile est la solution n°1 et on comprend rapidement que si on aura pas une nouvelle équipe de volontaires, on continuera dans les embrouilles, le fric et le copinage.


 


Voici d’autres révélations sur le VAR :

http://www.tv83.info/2019/07/26/var-parle-plus-bas-car-on-pourrait-bien-nous-entendre/?fbclid=IwAR2_95pJ3TMY6pOQq9WypoURJ8gQI_jeb3pGIPzUBYl492dpNhctGDaHovw


La violence citoyenne contre les élus.

Le dramatique événement du maire de Signes cet été a pointé les tensions qu’il peut exister entre les élus et les citoyens.

A Roquebrune c’est plutôt l’inverse : procès contre des associations citoyennes, bannissement des réseaux, suppression des commentaires, surdité totale des élus par rapport aux demandes légitimes exprimées de la part des citoyens (tennis, école, …).

Mais plus que la violence verbale ou physique, c’est bien de pressions et de harcèlements dont sont victimes les élus.
Nous sommes heureux d’accueillir un des leurs, issu d’une commune de la CAVEM (dont on ne citera pas le nom) et qui a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales pour la raison suivante.

Il était intéressant d’avoir le point de vue d’un politique local sur les citoyens. Voici son témoignage :

« Bonjour RS. Je suis votre page et je trouve que vous n’êtes pas bien au courant de la réalité quotidienne d’un élu. Il est vrai qu’à Roquebrune, vous avez tiré le pompon certainement d’une des pires équipes municipales de la CAVEM voire de France avec Levallois-Perret.

Néanmoins sachez que notre vie d’élu n’est pas toute rose. Car je reçois toutes les semaines sur rendez-vous des habitants et sachez que plus que la violence, ce sont les doléances et les demandes incessantes des citoyens pour leurs intérêts personnels : « Tu pourrais pas m’arranger pour le permis de construire », «j’ai besoin de plus d’argent pour nous assoc. » , » Tu pourras pas faire quelque chose pour que mon neveu rentre à la mairie ou la CAVEM » et j’en passe, les exemples sont par centaines.

Bien sûr si vous êtes un élu malhonnête, vous acceptez tout et vous êtes assuré d’être ré élu, mais si vous placez l’intérêt collectif au-dessus de l’intérêt particulier, vous vous mettez à dos toute cette population qui ne manquera pas de vous faire une mauvaise réputation et de se déchaîner sur vous (ce sont souvent les plus virulentes et les plus vindicatifs).

Cet égoïsme récurrent fait que je ne représenterai pas car je m’étais impliqué pour le bien de ma commune mais force est de constater que cet individualisme forcené devient monnaie courante et qu’il faut absolument subvenir à l’intérêt de quelques-uns au détriment des autres et cela, si on a un minimum d’éthique, n’est plus supportable pour moi.

Au plaisir de continuer à vous lire,

Très cordialement ».


 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *