Considérations sur les « gens du voyage » de Roquebrune

Ils font partie d’une communauté mal aimée.

Il sont détestés partout, y compris par les Roumains (Pays d’origine) et rejetés par eux.

Tout comme les Juifs, les personnes handicapées, et les résistants, ils ont été systématiquement exterminés dans les camps de la mort sans pour autant obtenir une réparation ou un territoire.

 

Ils ont un style de vie décalé mais souvent de plus en plus sédentaire. Ils n’ont pas la même notion de la propriété que nous. Les enfants sont scolarisés mais accusent des carences car ils ne maitrisent pas bien la langue et vont d’école en école.

On les a accusés de tout, et d’avoir été et d’étre des voleurs et d’avoir été à l’origine de la vague de cambriolages de Décembre Janvier à Roquebrune, alors qu’il s’agissait d’une bande qui n’avait rien à voir.

Django Reinhardt était de leur communauté et fut un des plus grands guitaristes de tous les temps.

Ils vivotent car les cirques se font plus rares sur Roquebrune et en France. Ils sont souvent forains, rempailleurs, récupérateurs fondeurs de métal

L’aire de passage (obligatoire par la loi) n’est pas fonctionnelle. On dit qu’ils l’ont vandalisée, mais nous pensons qu’au

contraire, ce sont les opposants à leur installation qu’ils l’ont détruite.

Ils : ce sont les gens du voyage et le plus souvent les ROM, parfois tziganes ou gitans. Ils se sont installés sur Roquebrune par défaut d’aire fonctionnelle.

Il y a des enfants et par respect à leur culture et leur histoire : DONNONS LEUR DES LIEUX DE VIE DIGNES

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *