Dossier 8 : Limiter nos déchets

MUNICIPALES 2020


DOSSIER 8 : Les déchets

PROGRAMME « S.Au.V » POUR UNE TRANSITION CITOYENNE en 2020.

S pour simplicité (vie simple mais riche de créativité), Au pour Autosuffisance, V pour vulnérabilité (aide aux plus démunis)


PROPOSITIONS :
  • Faire une « RESSOURCERIE » (coopérative locale de recyclage, adossée à une déchetterie) comme une grande surface : vêtements, chaussures, jouets, meubles, informatique… (économie circulaire). EMAUS a créé 800 emplois dans toute la France.
  • Faire un site Internet local d’échanges et une grande surface de l’occasion.
  • Création d’un atelier de réparation de petits appareils électro-ménagers ou électroniques (électroniciens bénévoles ou pas, retraités), type repair café comme à Fayence https://www.facebook.com/groups/930650180365768/
  • Faire des compost collectifs.
  • Réduire les emballages avec un objectif de zéro déchets à l’horizon 2030. Mettre à disposition des boites et sacs de transport pour remplacer lP1010833-Poubelleses emballages (favoriser la vente à la découpe, par les commerçants, ce qui évite les emballages)
  • Réduction de la part des commerçants pour les particuliers qui viennent avec leurs propres sacs
  • Consignes des bouteilles en verres avec une centrale de lavage pour les viticulteurs (restaurateurs)
  • Généralisation des containers collectifs enterrés et tournée hebdomadaire. Taxation personnalisée par containers individuels enlevé (marquage par une puce) : moins de taxe pour les plus vertueux.
  • Une maison citoyenne à l’éducation « zéro déchet » pour échanger nos astuces.
  • Faire des opérations de ramassage des déchets : écoles, associations …
  • La tarification incitative constitue un outil efficace pour inciter au tri et à la réduction des déchets.

http://www.toutvert.fr/systemes-d-echanges-locaux/


Containers et ramassage des poubelles : Exemple parfait de l’intérêt supérieur du collectif par rapport à l’individuel.

La « poubelle » individuelle c’est :
1. Le confort de se déplacer le moins possible,
2. De la pollution potentielle : les sangliers ou animaux errants se régalent mais pas la nature (confère la page « Incivisme et propreté »),
3. Des tournées quotidiennes avec de la pollution au gas-oil. C’est par exemple des camions qui sillonnent les rues tout l’hiver où il n’y a aucune poubelle,
4. La fabrication de multiples caissons en plastique, onéreuse et polluante.
5. le coût exorbitant du ramassage avec des taxes d’ordures ménagères qui sont au plus haut et donc plus d’impôt (taxe TEOM),
6, Esthétiquement, ces poubelles jaunes alignées le long de nos rues ne sont pas franchement agréables.imgres

La « poubelle » collective (enterrée surtout) c’est :
1. Moins de tournées de ramassage donc moins de pollution.
2. Plus d’économie. Toutes les grandes agglomérations ont ce système depuis des dizaines d’années.
3. Moins de possibilités pour les animaux de défoncer les containers et donc d’en répandre leur contenu.
4. Plus d’effort mais ça fait marcher un peu (ce qui est bon pour la santé) et c’est l’occasion de sortir le chien ! On rétorque qu’il y a des personnes qui ont des difficultés pour se déplacer. Soit, mais comment font-elles pour s’approvisionner ? Un service personnalisé de ramassage, en l’absence d’alternative, peut se mettre en place par le service « Mairie plus ».
4. De l’investissement car enterrer ces cuves à un coût mais c’est un investissement durable qui limite à terme la fabrication de containers plastiques individuels.

C’est la CAVEM (la communauté d’agglomération) qui est en charge de la gestion des ordures ménagères depuis quelques années et les containers collectifs s’imposent comme dans la plupart des communes de la région, de l’arrière-pays, de Roquebrune car l’intérêt collectif est largement supérieur.
Une tournée hebdomadaire suffirait largement à contenter tout le monde, y compris les réfractaires aux poubelles collectives.

OUI, changer ses habitudes perturbent beaucoup d’entre nous, mais nous avons vécu dans des agglomérations dans lesquelles cela se fait depuis des dizaines d’années et cela sans problème.
Bien sur, il y a un gros problème de civisme. Le risque étant le dépôt sauvage mais bien souvent une mise en garde et de lourdes amendes (vidéo surveillance ou maraudes de la brigade d’incivilité) dissuadent vite les contrevenants.
La problématique est différente de celle des encombrants car il s’agit le plus souvent d’un simple sac a déposer au coin de sa rue.

 

60035280_1044950262357278_1553874938119585792_n


Qu’Est-ce qu’une ressourcerie ?

https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-carre/l-edito-carre-08-octobre-2019?fbclid=IwAR0P9XV2wSTDpVlZOSb7P3T_ZD0zBoh-Rd5UuVqk-7v8n7ubjKWLZiKexD0


Le troc : un « commerce » est pleine expansion.

Que l’on parcoure les pages Fb de dons ou de propositions d’occasions sur Roquebrune ou que l’on fréquente les brocantes, le village des talents créatifs au Puget ou certaines manifestations de la Recyclerie locale Mamy blue, le message reste le même :

 » Comment faire des économies et faire tourner l’économie locale en recyclant « .

Si la plupart du temps, on achète des vêtements ou des objets d’occasion ou des services (Repair café de Fayence) parfois on échange. Dans une commune homonyme, à ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN, l’association SEL du Citron a été créé. SEL veut dire « Système d’Échange Local ».

C’est une association dont les membres échangent entre eux des services, des savoirs et des biens.

Les échanges ne sont pas mesurés en argent, mais dans une unité particulière à chaque association. Pour le SEL du Citron, il s’agit de zestes de citron.

Pour pouvoir adhérer au SEL du Citron il faut s’être présenté au moins une fois à une des réunions mensuelles.
Lors de ces réunions, les membres en profitent également pour troquer des objets dont ils n’ont plus l’utilité…

Vous pouvez consulter le site : http://selducitron.communityforge.net/ et voir les annonces ou avoir des informations sur le fonctionnement …

A faire sur Roquebrune…

 


ANNEXE

La gestion des déchets est l’une des principales problématiques pour l’avenir. En effet, sur l’ensemble des ménages français, on arrive ainsi à 26 millions de tonnes de déchets produits chaque année. Et la production de déchets croît en France d’environ 1% par an. En 2004 en France, le poids des déchets par habitants est de 590 kg.  45% des déchets sont recyclables (verres, papiers, emballages) sans être tous pris en compte par la collecte sélective, 20 % des déchets sont putrescibles (jardin, cuisine), et 35 % de divers déchets non recyclables. Mais alors que 43 % des déchets sont incinérés, seulement 13 % sont recyclés.

Des solutions doivent désormais être mises en place pour le recyclage, la réutilisation ou la valorisation de ces déchets. La gestion de cette filière correspond au tri des déchets, à leur collecte, au transport, et au traitement et/ou au stockage des déchets.

Le principe des 3 R – Réduire, Réutiliser, Recycler – permet de réduire la production d’ordures ménagères nécessitant un traitement collectif, de réutiliser les déchets tel que la consigne des bouteilles en plastique, ainsi que le recyclage des déchets par la transformation des matières, compostage, transformation énergétique via les centrales thermiques.

Quel impact sur le territoire ?

Modèle actuel Modèle proposé
Augmentation annuel de 1% du volume de déchets produit en France Gestion durable des déchets : Réduction à la source en sensibilisant les citoyens et les industriels
Gaspillage de matières premières Ressources potentielles à exploiter
Pollution, émissions de CO2 Gestion de proximité

 

 

 

 

Comment mettre en place une filière de gestion des déchets ?

Le code de l’Environnement pose quatre grands principes pour une meilleure gestion des déchets s’articulant autour de la prévention, le recyclage, l’incinération, le stockage et la valorisation des déchets organiques :

  1. Le « meilleur » déchet est celui que l’on n’a pas produit : En effet, réduire à la source de production quantitativement emballages et déchets, ainsi que qualitativement, leur nocivité, peut se faire notamment en agissant sur la fabrication et sur la distribution des produits.  A ce propos, nous pouvons avancer la campagne lancée en 2005, par l’ADEME, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, autour de la réduction des déchets ; « Réduisons vite nos déchets, ça déborde. ». La prévention des déchets s’effectue au niveau des producteurs, en négociant avec les industriels, mais également au près des consommateurs, par des campagnes de sensibilisation. Les bons gestes ? Choisir des produits avec le moins d’emballages, utiliser des sacs réutilisables, repérer l’écolabel, troquer ou vendre d’occasion…
  2. Valoriser le principe de proximité pour limiter le transport en distance. En effet, la mise en place d’un système de gestion des déchets décentralisé est aujourd’hui nécessaire à un traitement des déchets plus spécifique en fonction de la nature de ces derniers. Limiter le transport de gros volume de déchets est également essentiel.
  3. Optimiser la collecte sélective des déchets par le principe de valorisation des déchets, par le recyclage des matériaux réutilisables : Effectuer un pré-tri des déchets afin de les orienter vers la destination adéquate: décharge (enfouissement des déchets non recyclables), incinérateur (technique de destruction des déchets par le feu), valorisation énergétique (récupération de l’énergie électrique produite par la combustion des déchets), déchèterie (mise à disposition par les collectivités afin que les habitants puissent y apporter eux-mêmes leurs déchets, ils sont ensuite orientés selon leur type vers une filière de valorisation, de recyclage ou vers un incinérateur ou un centre d’enfouissement), filière de recyclage (depuis 1992, une grande majorité des collectivités ont mis en place une collecte sélective des emballages ménagers. Elle concerne en général les bouteilles en plastiques, les emballages en cartons, les briques alimentaires, les emballages métalliques , les journaux-magazines et le verre), compostage des déchets organiques.
  4. Sensibiliser les habitants, les élus, et les collectivités locales sur les effets des déchets pour l’environnement et la santé publique. En orientant le consommateur vers des comportements plus respectueux de l’environnement, les politiques publiques préventives permettraient de faire concrètement baisser le volume des déchets : l’achat de produits respectueux de l’environnement, le compostage des déchets, l’utilisation d’emballages consignés, l’achat de piles rechargeables, l’utilisation d’emballages réutilisables, sont des gestes quotidiens et doivent devenir automatiques.

Comment mettre en place une filière de gestion des déchets ?

Mettre en marche une campagne de sensibilisation à la gestion des déchets peut se faire à l’échelle de votre commune ou de votre communauté de communes afin d’améliorer la qualité de vie des habitants et de préserver l’environnement. Pour cela, organiser une soirée débat, sensibiliser les enfants par des ateliers à l’école (car les enfants restent le moteur du changement), mobiliser la presse locale et les habitants autour de la problématique de la gestion des déchets par les communes.

Les installations d’incinération et de stockage devenues plus respectueuses de l’environnement, ont ainsi vu fortement développés :

  • les équipements de collecte sélective par apport volontaire ou au porte à porte,
  • les centres de tri des matériaux recyclables,
  • les déchèteries,
  • les plates-formes de compostage de déchets verts,
  • le compostage individuel.

Une collecte sélective spécifique est mise en place pour les médicaments (éco-organisme Cyclamed, en charge de leur collecte et de leur destruction sécurisée),  pour les piles et batteries (éco-organisme Screlec : www.batribox.fr) ou encore les bouchons (association Les Bouchons d’amour).

Quelles sont les structures qui peuvent vous aider ?

Eco Emballages

Eco-organisme pour le tri, la collecte et le recyclage des emballages ménagers  www.ecoemballages.com

Centre national d’information sur les déchets

www.cniid.org/

France Nature Environnement

www.fne.asso.fr

Bourse des déchets

www.bourse-des-dechets.fr

Reduisons nos déchets

www.reduisonsnosdechets.fr

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *